Des jeunes sèment la terreur dans un quartier à Kelâa des Sraghna

Les éléments d’une patrouille de police relevant du district de Kelâa des Sraghna ont été contraints, ce dimanche très tôt le matin, à brandir leurs armes de service sans les utiliser pour arrêter 5 individus, âgés entre 18 et 27 ans et aux multiples antécédents judiciaires, pour leur implication présumée dans une affaire d’échange de coups et de blessures, à l’aide de l’arme blanche, et de résistance à la police.

Selon un communiqué de la DGSN, les éléments de la police de secours étaient intervenus pour arrêter trois de ces suspects au quartier Jnane Chaâbi, qui étaient sous l’effet de la drogue, en train d’échanger des coups et blessures à l’aide d’armes blanches avec le reste des arrêtés.

Les trois mis en cause ont montré une opposition farouche, contraignant un brigadier de police et un brigadier-chef de la patrouille à brandir leurs armes de service sans en faire usage, permettant ainsi de les interpeller et de saisir un nombre d’armes blanches de grande taille qui étaient en leur possession.

Quatre suspects ont été placés en garde à vue, alors que le cinquième mis en cause a été placé sous contrôle médical à l’hôpital pour recevoir les soins après s’être blessé, et ce à la disposition de l’enquête menée par la police judiciaire sous la supervision du parquet compétent, précise le communiqué.

S.L. (avec MAP)

Articles similaires

Suggestions d’articles

Le numéro d’urgence “19” fait intervenir la DGSN

Dans un communiqué, la DGSN indique qu'une patrouille de police était intervenue en réponse à un appel au secours reçu via le numéro d'urgence "19" au sujet d'un suspect.