Des jeunes chômeurs de Laâyoune veulent un autre Gdim Izik

©DR

Une centaine de jeunes diplômés chômeurs se sont déplacés vers la périphérie de la ville pour y ériger un campement semblable à celui qui a été construit il y a quelques années et qui s’appelle désormais “l’affaire Gdim Izik”.

Cette initiative alarmante, puisqu’elle rappelle les douloureux événements que tout le monde connaît et qui font l’objet d’un long processus judiciaire, intervient pour protester contre le manque de dialogue et de perspectives pour un travail digne de leurs compétences.

Ce mouvement a alerté les autorités qui commencent à craindre le pire, affirme Al Massae, notamment lorsque des éléments favorables aux thèses séparatistes s’activent pour profiter de l’occasion et semer le trouble.

Cependant, l’approche sécuritaire ne contribuera pas à dénouer ce problème. Il s’agira sûrement d’ouvrir un dialogue sérieux avec ces jeunes et leur proposer des alternatives acceptables et durables.

H.L.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Coronavirus au Maroc: dans cette région, aucun cas confirmé depuis début avril

Après la rémission de ces quatre patients, la région de Laâyoune-Sakia El Hamra ne compte désormais aucun cas d’infection au covid-19.