Démarrage réussi pour Abdellah Tourabi sur 2M

©Reda Benjelloun

Dimanche soir, la chaîne 2M proposait une nouvelle émission présentée par Abdellah Tourabi. Compte rendu.

Le premier invité de «Confidences de presse» était une personnalité incontournable dans le domaine des droits de l’homme, Driss Yazami, président du CNDH. Deux autres journalistes étaient présents : Abdelmounaim Dilami, patron de L’Economiste et Fahd Yata, Directeur de la Nouvelle tribune.

Comme annoncé, l’émission a porté sur plusieurs sujets : la question du Sahara, les libertés individuelles, les droits de l’homme et les attentats qui ont frappé la France et la Belgique. Le débat était en langue française.

Driss Yazami a d’abord été questionné sur l’affaire des homosexuels de Béni Mellal. Il a rappelé les termes de la constitution relatifs au respect de la vie privée et a renvoyé le législateur aux décisions qui s’imposent.

La question du Sahara a été longuement débattue. Il en est ressorti la nécessité d’une diplomatie plus active et d’une meilleure communication, notamment via le Web, pour les droits de l’homme au Maroc. Conscients, preuves à l’appui, des réalisations dans les provinces du Sud dont la majeure partie profite aux habitants, les intervenants ont relevé l’insuffisance relative la communication, en particulier dans les médias étrangers. Une mise à niveau s’impose, celle d’une plus grande utilisation des réseaux sociaux qui touchent incontestablement davantage de jeunes.

La question des libertés a soulevé celle de l’obscurantisme qui progresse dans le pays, aux yeux des journalistes. M. El Yazami s’est montré plus optimiste, se basant sur l’évolution globale du pays et sur la bonne appréciation dont le Maroc fait l’objet à l’étranger. Les Marocains sont en outre de plus en plus demandeurs de leurs droits : en témoigne le nombre croissant d’associations qui se créent et de plaintes reçues par le CNDH, a affirmé l’invité de l’émission.

Le débat sur l’interruption de grossesse a également été soulevé. Cette problématique, discutée pendant quatre semaines au Maroc, a révélé selon M. Yazami «un haut niveau de démocratie participative».

D’autres sujets relatifs aux droits de l’homme ont été évoqués : la crise des valeurs, la scolarisation des jeunes filles et le mariage de mineures.

Lire aussi: Abdellah Tourabi: « pourquoi je rejoins 2M »

La question de l’égalité dans l’héritage en tant que recommandation du CNDH a été soulignée. Bien qu’elle ait soulevé des protestations de la part des conservateurs, M. Yazami s’est dit persuadé que les parents l’approuvent et pensent à l’héritage de leurs filles.

Évoquant le film de Nabil Ayouch, «Much loved», les intervenants ont regretté l’absence de débat sur la prostitution d’une part, et d’autre part le fait que la question de l’œuvre cinématographique ait été occultée. «La liberté de création doit être totale et sacrée», d’après eux.

Le fait que les Marocains soient nombreux parmi les auteurs des attentats a alimenté la discussion. A été rappelée l’évolution démographique du Maroc et les vagues successives d’émigration. L’exclusion sociale de ces jeunes et la revendication identitaire, qui existe au niveau mondial, permettent leur embrigadement.

Beaucoup de chantiers sont encore en cours pour le CNDH et notamment un rapport sur les libertés individuelles, a noté M. El Yazami.

Conclusion : Abdellah Tourabi a réussi un bon débat pour sa première sur 2M. Les téléspectateurs ne pourront qu’en redemander.

 

Articles similaires

Suggestions d’articles

Coupure (momentanée) de 2M par Nilesat: voici pourquoi

La diffusion de la chaîne 2M a été interrompue sur le satellite Nilesat pendant environ une heure et demi lundi dernier.