Décrié, Omar Abdelkafi a finalement tenu ses conférences au Maroc

Malgré les voix qui s’étaient élevées pour l’empêcher de prêcher sa haine de la dignité humaine, le prédicateur Omar Abdelkafi envers et contre tous a bien tenu ses deux conférences littéraire et religieuse, au théâtre Mohammed V à Rabat.

Une porte-parole et responsable de l’association islamiste Al Joud, qui organise l’évènement du très conversé Frère Cheikh Omar Abdelkafi Chahata a déclaré que « les voix de ceux qui dénonçaient la présence d’Abdelkafi au Maroc et sa participation aux deux séminaires n’ont pas réussi » à se faire entendre.

A titre de rappel, une pétition, « Non à la haine et à l’extrémisme », initiée par un collectif d’intellectuels et défenseurs des droits de l’Homme avait circulé à l’encontre de l’invitation faite à celui qui souhaite châtier les femmes non voilées en leur promettant le « châtiment de la tombe ».

La missive avait été adressée au ministère de la Culture lui demandant de ne pas autoriser la conférence. A travers cette pétition, le collectif dénonçait le fait qu’il ait été autorisé à séjourner au Maroc, alors qu’il était interdit en son propre pays, l’Egypte. Ses discours, en plus d’être haineux, étaient larges et variés, et débordaient de leur contexte initial.

Dans une déclaration à Le Site info le militant des droits Amazigh, Mohamed Assid résume le ressentiment provoqué par cela: « Le Maroc est un pays de pluralisme qui est ouvert à toutes les doctrines et positions intellectuelles, mais nous rejetons les personnes qui expriment des attitudes criminelles, ne reconnaissent pas les acquis des droits de l’homme et tentent de créer un conflit entre les citoyens et l’État ».

« Cheikh Abdelkafi est connu pour ses prêches extrémistes qui attisent la haine contre les autres religions. Il maintient que les Chrétiens haïssent les Musulmans et les traite de consommateurs de cochons… Ce prédicateur misogyne est connu pour ses nombreux prêches discriminatoires envers la femme musulmane…Cette invitation constitue une insulte à nos concitoyens non-musulmans, un affront à la femme marocaine et un démenti catégorique de l’Islam ouvert et tolérant », avait en outre affirmé Mohamed Assid.

M.J.K.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page