Décharge de Médiouna: le dépotoir de la honte (VIDEO)

La décharge publique de Médiouna, aux environs de la capitale économique, ne cesse d’empoisonner la vie des riverains. La plus grande décharge du Maroc draine plus de 40 tonnes de déchets ménagers et industriels par an et couvre plus de 70 hectares.

Les témoignages des riverains sont accablants et pointent ce point noir que constitue cet amas gigantesque de déchets de toutes sortes, à ciel ouvert, à l’impact néfaste sur l’environnement et, partant, sur la santé de la population. Ceci, dans l’attente de la mise en place des mesures promises d’aménagement et d’exploitation desdits déchets.

Pour l’heure, le reportage de Le Site info sur la décharge devrait, une énième fois, interpeller les responsables de ce constat environnemental et humain. En plus des témoignages de plusieurs franges de la population riveraine (marchands, élèves…), nous avons recueilli celui de Hanane Bouzid Saïdi. La présidente de l’Association des mamans de Bouskoura s’insurge contre le fait accompli et sur les différents dangers qui guettent, entre autres citoyens les écoliers à leur sortie de leurs établissements scolaires le soir, du fait des odeurs nauséabondes et autres fumées nocives que la décharge publique dégage, nuit et jour.

“On nous a promis la fermeture de ce dépotoir en juin dernier. Mais rien n’a été fait jusqu’à présent, malgré ces promesses et nos multiples correspondances aux autorités compétentes”, déclare-t-elle. Elle a aussi pointé les différentes allergies, dont des maux de tête persistants, qui affectent de nombreux citoyens , tous âges et sexes confondus.
Le reportage est des plus édifiants sur cette plaie et ses conséquences néfastes. Quand donc mettra-t-on fin au supplice enduré par les riverains de cette décharge publique de la honte qu’est celle de Médiouna?
Larbi Alaoui

Découvrez les nouvelles offres Addoha Ramadan 2019

Suggestions d’articles

Rabat: perquisition pour vente illégale d’alcool

La police de Rabat a arrêté, samedi soir, une ressortissante étrangère originaire d'un pays d'Afrique subsaharienne, résidant illégalement au Maroc.