Décès de Touria Jebrane: ses proches se confient (VIDEO)

La grande icône du théâtre et ancienne ministre de la Culture, Touria Jebrane, s’est éteinte lundi à Casablanca à l’âge de 68 ans des suites d’une longue maladie, a-t-on appris auprès de sa famille.

Contacté par Le Site info, Mohamed Abou Sahl, le beau-frère de la défunte, a confié que Jebrane s’est battue avec courage contre la maladie, soulignant que ses proches ne pouvaient pas lui rendre visite à cause du contexte sanitaire lié au covid-19.

«J’étais en contact permanent avec Aicha, la fille de Touria, qui a accompagné sa mère jusqu’à son dernier souffle. Touria, malgré la maladie, était toujours optimiste et forte. Elle aimait la vie…», a fait savoir Abou Sahl, qui est également journaliste sportif.

La même source a indiqué que l’état de santé de l’ancienne ministre s’est détérioré quelques jours avant son décès. «A la fin, elle n’arrivait plus à parler et ne s’exprimait qu’avec des gestes», a-t-il ajouté.

Une autre proche de Touria Jebrane a exprimé son chagrin suite à cette terrible perte, qualifiant l’actrice de femme forte. «C’est une grande perte pour sa famille et pour tous les Marocains. Que Dieu ait son âme en sa sainte miséricorde», s’est-elle désolée.

Personnalité incontournable du théâtre marocain, Touria Jebrane, qui a également marqué de son empreinte la télévision et le grand écran, avait forgé une carrière faite de réussites et de grandes contributions durant les années 70, 80 et 90. Elle avait contribué à la fondation de plusieurs troupes dont Masrah Achaab (théâtre du peuple), Masrah Al Fourja, et Masrah al fannanin al mouttahidine (théâtre des artistes unis).

Avec feu Tayeb Saddiqi, autre monstre sacré du théâtre, elle avait entamé une étape particulière de sa carrière artistique dans le cadre de la troupe Masrah Annas (théâtre des gens), qui a réalisé des pièces de théâtre ayant marqué d’une pierre blanche la scène artistique, comme Sidi Abderrahmane el Majdoube et Abou Hayyan Attaouhidi.

Aux côtés du dramaturge Abdelouahed Ouzari, la défunte avait co-fondé une nouvelle troupe qui aspirait à redonner son éclat au théâtre marocain et à hisser son niveau par le biais de pièces théâtrales restées gravées dans la mémoire du public marocain et au-delà. Touria Jebrane, qui était nommée entre 2007 et 2009 ministre de la Culture, avait poursuivi ses études primaires et secondaires à Casablanca. Elle était diplômée du Conservatoire national du ministère d’Etat chargé des affaires culturelles et de l’enseignement originel. En tant que membre de l’exécutif, la défunte suivait de très près la réalisation des grands chantiers artistique de la ville de Rabat, la Bibliothèque nationale, le musée national et le grand théâtre de Rabat à leur tête. Elle accordait une attention particulière à la situation des artistes marocains.

Touria Jebrane avait remporté plusieurs prix et distinctions dans plusieurs festivals nationaux, arabes et internationaux. Décorée par le roi Hassan II du Wissam du mérite national, elle était également Chevalier de l’Ordre des Arts et Lettres de la république française.

N.M.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco



Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page