Darija: El Othmani rassure les Marocains

“Il n’existe aucune décision visant à introduire le dialecte dans les manuels scolaires”, a réaffirmé ce jeudi 13 septembre à Rabat le Chef du gouvernement Saâd Eddine El Othmani.

Intervenant en ouverture de la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement, El Othmani a rappelé sa position “claire” rejetant l’introduction du dialecte dans les manuels scolaires, démentant à cet égard l’existence d’une quelconque décision gouvernementale ou du ministère de l’Éducation nationale visant à introduire le dialecte dans l’enseignement.

Tenant à rassurer les citoyens en ce sens, le Chef du gouvernement a indiqué qu’il accorde un grand intérêt à cette question et qu’il reste à l’écoute de leurs réactions, tout en saluant la dynamique et la réactivité de la société marocaine vis-à-vis de tous les sujets concernant l’avenir de ses enfants.

Il a cependant appelé à s’assurer de certaines informations infondées, soulignant que “certains profitent de l’intérêt porté par les citoyens à ce sujet pour diffuser des informations erronées comme celles faisant état de manuels scolaires édités à l’étranger ou d’anciens manuels qui n’ont aucune relation avec l’enseignement officiel marocain”.

Par ailleurs, El Othmani a balayé d’un revers de main tout différend avec le ministre de l’Éducation nationale, avec lequel, dit-il, “il y a une entente sur la même vision”, faisant part de “la disposition de l’Exécutif à réviser, s’il le faut, les manuels ou les programmes scolaires, sachant que la révision est une opération qui se fait annuellement”.

Il également rappelé la place qui échoit aux langues arabe et amazighe dans la Constitution, ainsi que les dispositions de l’article 29 de la loi-cadre actuellement soumise au Parlement et qui astreignent à l’usage stricte de la langue programmée dans l’enseignement sans introduction aucune d’autres expressions linguistiques.

S.L. avec MAP

 

Articles similaires

Suggestions d’articles

Ce qui s’est passé ce mercredi à Guelmim (DGSN)

Les services de la police judiciaire de la ville de Guelmim ont arrêté trois personnes pour leur implication présumée dans des affaires de trafic international de drogue, organisation de l'immigration clandestine et émission de chèques sans provisions.