Dakhla: la viande de chameau envoie 24 personnes aux urgences

Un total de 24 personnes ont été admises au service des urgences de l’hôpital régional Hassan II de Dakhla suite à une intoxication alimentaire, a indiqué ce samedi la délégation provinciale de la Santé d’Oued Eddahab.

« Quinze personnes sont restées sous surveillance médicale jusqu’à leur guérison complète, tandis que les autres patients ont quitté l’hôpital, après que le staff médical a confirmé que leur état de santé est stable et ne suscite aucune inquiétude », souligne un communiqué de la délégation.

Aussitôt informée de ces cas de toxi-infection alimentaire, l’unité de veille, de sécurité sanitaire et de santé environnementale relevant de la délégation provinciale de la Santé « a mené une investigation épidémiologique, tout en faisant des prélèvements biologiques pour identifier la source d’intoxication », note le communiqué ajoutant que les premiers résultats « révèlent que la source d’intoxication serait la consommation du foie et de la viande d’origine caméline, achetée dans une boucherie de la ville de Dakhla ».

Plusieurs mesures préventives ont été entreprises, sous la supervision de l’autorité locale et en étroite coordination avec la commission provinciale intersectorielle, dont la fermeture de la boucherie et la saisie des quantités de viandes, en tant que mesure de précaution, dans l’attente des résultats de l’investigation épidémiologique et des tests de laboratoire.

En vue de garantir la sécurité sanitaire des consommateurs, la délégation a exhorté les citoyens à s’approvisionner en produits alimentaires des commerces autorisés par les autorités compétentes et à contacter les services de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires afin de s’assurer de la qualité des produits commercialisés.

M.S. (avec MAP)

Articles similaires

Suggestions d’articles

Le Conseil de sécurité salue le rôle des Commissions régionales du CNDH à Laâyoune et Dakhla

Le Conseil de sécurité de l'ONU a réitéré, vendredi, ses félicitations pour le rôle des Commissions régionales du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) à Laâyoune et Dakhla, et l’interaction du Maroc avec les mécanismes du Conseil des droits de l’Homme des Nations-Unies.