La Cour des comptes: trois gouvernements et des projets fictifs à coût de milliards

Plusieurs villes et régions marocaines s’étaient vu octroyer des projets de développements de plusieurs milliards de centimes et demeurés lettre morte depuis le gouvernement Abbas El Fassi en 2009, en passant par celui de Abdelilah Benkirane, jusqu’à l’actuel de Saad Eddine El Othmani.
Les raisons ont pour nom: dysfonctionnement des procédures des marchés publics, mauvaise gestion de projets par de hauts responsables ministériels, ou bien absence de coordination et de synergie entre les ministères et le recours à des dossiers techniques fin prêts mais non réactualisés, rapporte Assabah du mardi 25 juillet.
Se basant sur un rapport distribué par Driss Jettou, président de la Cour des comptes aux membres de la Commission de contrôle des finances publiques de la Chambre des députés, le quotidien indique que le nombre des projets fictifs a atteint le chiffre de 57 relatifs au secteur de l’aménagement du territoire national depuis 2009. Il a vu défiler jusqu’à 2015 plus de quatre ministres appartenant à divers partis politiques.
Au total, 173 conventions ont été signées avec un financement de 1.3 milliard de dirhams du Fonds de développement rural et des zones de montagnes (FDRZM) sur un total de près de 2.9 milliards de dirhams avec la participation d’autres partenaires.
Le taux de réalisation des projets de développement programmés n’a pas dépassé les 18% !
Le quotidien a passé en revue, chiffres à l’appui, toutes les anomalies ayant marqué les projets morts-nés dans les différentes régions du Royaume.
N.A.F.

Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page