Coup de filet anti-Daesh au Maroc: arrestation de 52 individus

Les services sécuritaires marocains ont mené, le 19 juillet, une opération coordonnée sous la supervision du parquet général compétent ayant visé 143 individus soupçonnés de penchants extrémistes et d’allégeance à l’autoproclamée «Organisation Etat islamique», dont 52 ont été placés en détention provisoire, indique mercredi le ministère de l’intérieur.

Parmi les mis en cause arrêtés dans le cadre de cette opération, menée dans le sillage de la recrudescence des menaces terroristes au niveau régional et international, figurent des leaders à différents niveaux de commandement agissant dans plusieurs régions du Maroc et porteurs d’imminents projets terroristes d’envergure à l’intérieur du territoire national et à l’étranger, ajoute le ministère dans un communiqué.

Ces individus utilisaient les réseaux sociaux pour faire la propagande de l’organisation terroriste dite «Etat islamique» et pour manipuler des mineurs en vue de les envoyer vers des zones de conflit, ajoute la même source.

Les perquisitions aux domiciles des mis en cause ont permis la saisie de documents sur le mode de fabrication d’explosifs et de poisons, sur des techniques pour déclencher des explosions à distance et utiliser différents types d’armes à feu, des livres autorisant et incitant les attaques-suicides et des drapeaux de «Daech».

Cette opération a aussi permis la saisie d’armes à feu, de plusieurs armes blanches, d’une quantité de balles réelles, de boîtes contenant des clous, d’une série d’outils et de fils électriques utilisés dans la fabrication d’engins explosifs, ajoute la même source.

Des documents sur la fabrication d’explosifs, de produits toxiques et sur les techniques de guérilla ont été retrouvés chez l’un des mis en cause qui a prêté allégeance au soi-disant «calife» de «Daech», indique le communiqué ajoutant que l’enquête a permis d’établir les liens de l’un des individus arrêtés avec des djihadistes à Tindouf et au Sahel.

Cette opération a permis de faire avorter des projets terroristes d’un niveau de préparation très avancé visant des prisons, des établissements sécuritaires, des sites sensibles, des festivals, des centres de loisirs, dans plusieurs villes du Maroc, ainsi que l’assassinat de sécuritaires, de militaires et de touristes.

Certains individus arrêtés avaient planifié des cyberattaques de sites étatiques dans le but de porter atteinte à la sécurité et à la stabilité du royaume, semer le chaos, détruire l’économie et paralyser le fonctionnement des institutions, affirme le ministère, ajoutant que les personnes arrêtées planifiaient la création au Maroc d’une «wilaya» affiliée à l’organisation «Daech», ce qui confirme leur«dangerosité».

Les efforts continus et inlassables des services de sécurité en vue de contrer la menace terroriste au Maroc et resserrer l’étau autour des organisations et des individus qui adoptent des orientations extrémistes, se manifestent de façon claire à travers le démantèlement, depuis 2002, de 159 cellules terroristes dont 38 depuis 2013, lesquelles entretenaient des liens étroits avec des groupes terroristes sur la scène syro-irakienne, notamment «Daech».

Les 52 mis en cause seront déférés devant la justice, une fois achevée l’enquête menée par le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ) relevant de la Direction générale de la surveillance du territoire national et de la Brigade nationale de la police judiciaire relevant de la Direction générale de la sûreté nationale sous la supervision du parquet général compétent.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page