Confinement: voici les établissements non concernés par le plan d’allègement

©DR

Les mesures annoncées dans le cadre du passage à la 2è phase du « plan d’allègement du confinement sanitaire » à partir des premières heures du jeudi 25 juin 2020, ne concernent pas les bars, discothèques et restaurants qui proposent des spectacles musicaux, lesquels resteront fermés jusqu’à nouvel ordre, a indiqué une source sûre du ministère de l’Intérieur.

La même source précise que les mesures annoncées dans le cadre du passage à la 2è phase du « plan d’allègement du confinement sanitaire » à partir des premières heures du jeudi 25 juin, principalement celles relatives à l’autorisation de certains établissements à reprendre leurs activités et services sur place, selon les conditions prédéfinies, ne concernent pas les bars, discothèques et les restaurants qui proposent des spectacles musicaux, ajoutant que ces établissements resteront fermés jusqu’à nouvel ordre.

Voici par ailleurs les principaux points du communiqué conjoint des ministères de l’Intérieur, de la Santé, de l’Industrie, du Commerce et de l’Economie Verte et Numérique relatif au passage à la 2ème phase du plan d’allègement du confinement sanitaire à partir du 24 juin à minuit:

S’agissant des mesures de relance des activités économiques au niveau national, il a été décidé de :

– Permettre aux cafés et restaurants de fournir leurs services sur place, sans dépasser 50% de leur capacité d’accueil.

– La reprise les activités commerciales dans chacun des centres commerciaux, grands complexes commerciaux et galeries, selon des conditions prédéfinies.

– La réouverture des espaces de loisirs et de divertissement, tels que les salles de sport et les hammams avec un maximum de 50% de leur capacité d’accueil.

– La reprise des activités liées à la production audiovisuelle et cinématographique.

– La reprise des transports en commun entre les villes, routiers ou ferroviaires, selon des conditions prédéfinies.

– La reprise des vols intérieurs, selon des conditions prédéfinies.

S’agissant des mesures établies au niveau de la zone d’allègement n ° 1, il a été décidé de :

– Permettre le déplacement entre les régions classées dans cette zone, à condition de présenter la carte d’identité électronique nationale.

– L’ouverture des plages avec obligation de respecter la distanciation physique.

– La réouverture des terrains de proximité situés en plein air.

– La reprise des activités touristiques internes avec l’ouverture des institutions touristiques, à condition de ne pas dépasser 50% de leur capacité d’hébergement.

S’agissant des mesures décidées au niveau de la zone d’allègement n°2, il a été décidé de :

– Autoriser les déplacements au niveau du périmètre territorial de la préfecture ou la province sans « autorisation exceptionnelle de déplacement »

– L’obligation de disposer d’une autorisation professionnelle (ordre de mission) ou d’une autorisation exceptionnelle délivrée par les autorités locales pour des raisons de force majeure en vue de se déplacer hors du périmètre territorial de la préfecture ou de la province.

– La levée de la mesure imposant la fermeture des magasins à 20h.

– La réouverture des salons de coiffure et d’esthétique, sans dépasser 50% de leur capacité d’accueil.

– La réouverture des espaces publics en plein air dont les parcs, jardins et lieux publics.

– La reprise des activités sportives pratiquées individuellement en plein air comme la marche et le vélo.

Il a également été décidé de maintenir, au niveau national, toutes les autres mesures préventives décidées auparavant pendant l’état d’urgence sanitaire (fermeture des musées, salles de cinéma, théâtres, piscines publiques, interdiction des rassemblements, des fêtes de mariage et des obsèques…).

LIRE AUSSI: Cafés, restaurants, salles de sport…ce qui va changer au Maroc le 24 juin

Articles similaires

Suggestions d’articles

Lydec: le CA recule de 5,9% à fin juin 2020

Le chiffre d'affaires (CA) de Lydec, en charge notamment de la distribution de l'eau et de l'électricité dans le Grand Casablanca, a reculé de 5,9% à 3,38 milliards de dirhams (MMDH) à fin juin 2020.