Condamnée pour un baiser à Missour: les réactions pleuvent

La condamnation d’une Marocaine pour adultère après avoir échangé un baiser avec un ressortissant étranger a provoqué un véritable tollé.

A ce propos, le sociologue Mohamed Naji a assuré à Akhbar Al Yaoum que ce verdict humilie la femme encore considérée comme un être incomplet, une propriété de l’homme. «Il est temps de dépasser ces préjugés sexistes et aller de l’avant pour rendre justice aux femmes toujours marginalisées. Cette condamnation est malheureusement un retour au moyen-âge», a-t-il regretté.

Le juge Hakim El Ouardi, également procureur du roi, a, de son côté, tenu à défendre la décision de la justice. Pour lui, l’orgueil de l’homme oriental ne peut être entaché par ce genre d’écarts. «Les Marocains sont virils. Ils ont le sang chaud. Comment un homme peut-il tolérer de voir sa femme dans les bras de son amant ? c’est totalement absurde. La décision de la justice dans cette affaire est irréprochable», a-t-il jugé.

Rappelons que la Chambre d’appel du Tribunal de première instance de Missour avait condamné la concernée à quatre mois de prison ferme et à verser une amende de 5000 dirhams pour avoir embrassé un autre homme que son mari. La Cour de Cassation avait par la suite confirmé le jugement en appel, estimant qu’il s’agit d’une trahison au lien du mariage.

N.M.

 

 

Articles similaires

Suggestions d’articles

Le général Hosni Benslimane refait parler de lui

Le général de corps d'armée, Hosni Benslimane, ex-commandant de la Gendarmerie royale, l'un des généraux les plus hauts gradés du Maroc, refait surface après une longue éclipse.