Colère et indignation après la libération d’un enseignant accusé de harcèlement sexuel

©DR

L’Association “Touche pas à mes enfants” a exprimé son indignation après la libération d’un enseignant d’une école primaire à Beni Tadjit, aux environs de Bouârfa, accusé de harcèlement sexuel à l’encontre de cinq de ses élèves.

Dans un communiqué parvenu à Le Site Info, l’association indique que les tuteurs de cinq filles, âgées entre 8 et 9 ans, ont porté plainte, le 30 septembre dernier, contre le mis en cause auprès de la gendarmerie royale.

Et d’ajouter que le suspect, qui a été arrêté le 1er octobre, a été présenté devant le procureur général du roi près la Cour d’appel d’Oujda, puis devant le juge d’instruction, avant d’être relâché.

“Touche pas à mes enfants” s’indigne de la libération de l’enseignant, d’autant plus que les présumées victimes et leurs tuteurs n’ont pas été entendus.

S.L. et K.C.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Ce qui s’est passé ce jeudi à Figuig

Une personnes est décédée, jeudi, après une chute accidentelle dans un puits d'extraction de zinc autorisé dans la montagne Boudhar, dans la commune de Bni Tajdite, a-t-on indiqué auprès des autorités locales de la province de Figuig.