Colère et indignation après la libération d’un enseignant accusé de harcèlement sexuel

©DR

L’Association “Touche pas à mes enfants” a exprimé son indignation après la libération d’un enseignant d’une école primaire à Beni Tadjit, aux environs de Bouârfa, accusé de harcèlement sexuel à l’encontre de cinq de ses élèves.

Dans un communiqué parvenu à Le Site Info, l’association indique que les tuteurs de cinq filles, âgées entre 8 et 9 ans, ont porté plainte, le 30 septembre dernier, contre le mis en cause auprès de la gendarmerie royale.

Et d’ajouter que le suspect, qui a été arrêté le 1er octobre, a été présenté devant le procureur général du roi près la Cour d’appel d’Oujda, puis devant le juge d’instruction, avant d’être relâché.

“Touche pas à mes enfants” s’indigne de la libération de l’enseignant, d’autant plus que les présumées victimes et leurs tuteurs n’ont pas été entendus.

S.L. et K.C.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Marrakech: un directeur d’école accusé de harcèlement sexuel

Le lâche et frustré harcèlement sexuel ne se cantonne pas seulement sur la voie publique, sur une plage ou dans un café -restaurant!