Colère au CHU Ibn Sina de Rabat

Rien ne va plus au sein du CHU Ibn Sina de la capitale! Les conditions dans lesquelles exercent les personnels de l’hôpital sont des plus déplorables.

Situation que pointe l’Association marocaine des sciences infirmières et techniques sanitaires en demandant l’intervention urgente du ministre de la Santé et l’ouverture d’une enquête sérieuse pour mettre le doigts sur de nombreux dysfonctionnements.

Dans un communiqué, l’AMSITS s’insurge sur la partialité administrative dont souffrent les chefs de service des soins infirmiers. « Quatre d’entre eux, sur dix, ont été prématurément mutés dans le cadre du mouvement appelé « mobilité professionnelle ». Ceci, alors que l’Association avait demandé le délai de trois années concernant cette mobilité », ajoute ledit communiqué.

Ces mutations abusives n’ont respecté ni les critères d’ancienneté, ni ceux de la spécialité, mais ont été décidées selon des calculs syndicalistes et des appartenances partisanes, dénonce l’AMSITS. Et ce, en faisant fi des dispositions de la Constitution concernant le statut des droits essentiels des fonctionnaires.

Larbi Alaoui (avec Rim Tebaa)

Articles similaires

Suggestions d’articles

Rabat : mesures sanitaires exceptionnelles dans certains quartiers

Pendant le week-end dernier, plusieurs cafés ont été obligés de rester fermés, au quartier Takaddoum de Rabat par crainte de la transmission du Covid-19.