Le CNDH globalement satisfait du déroulement du scrutin du 7 octobre

A travers ses sections régionales et locales, le CNDH a scruté le déroulement des opérations électorales et présentera son rapport définitif prochainement.

Le Conseil national des droits de l’Homme a tenu dimanche matin une conférence de presse au cours de laquelle, il a présenté son évaluation de l’opération électorale du 7 octobre.

Le CNDH a estimé que les législatives du 7 octobre, pour l’élection des membres de la chambre des représentants, se sont déroulées dans “un climat offrant les garanties essentielles de liberté, de sincérité, de transparence et de neutralité”.

Dans les conclusions du Rapport préliminaire sur l’observation des Législatives de vendredi dernier, présenté lors d’une conférence de presse par le président du CNDH, Driss El Yazami, le Conseil relève que “les irrégularités observées sont statistiquement peu fréquentes, et n’entachent pas substantiellement la crédibilité et la sincérité du scrutin”.

Et d’ajouter que le déroulement de ce scrutin témoigne ainsi de la normalisation des processus électoraux depuis les élections législatives de 2002, processus couronné par la consécration des principes de droit constitutionnel des élections, notamment par les articles 11 et 19 de la Constitution.

Le Conseil considère que le taux de participation au suffrage du 7 octobre (43%) interpelle les acteurs politiques, la société civile, les instances de médiation et les pouvoirs publics, qui devraient approfondir la réflexion et multiplier les initiatives en vue de promouvoir la participation aux élections.

Le CNDH estime également important de renforcer les mécanismes de médiation sociopolitique aux niveaux national et territorial.

Enfin sur le plan de la gestion, l’opération électorale a été irréprochable, a indiqué El Yazami, soulignant que le scrutin législatif du 7 octobre marque un nouveau cycle électoral régulier et consacre la normalisation de la pratique du vote au Maroc.

 

Articles similaires

Suggestions d’articles

Hirak: nouvelle mise au point de la DGAPR

La Délégation générale à l'administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) a affirmé que ce qui a été relayé sur "l'existence d'un accord préalable entre la DGAPR et le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH)", à propos des détenus des événements d'Al Hoceima, est "dénué de tout fondement".