Cheveux rasés à l’université: Voici ce que Chaimaa a dit au tribunal

La jeune serveuse âgée de 16 ans, Chaimaa, dont les cheveux ont été rasés au sein de l’université de Meknès, a donné au tribunal sa propre version des faits sur l’agression dont elle a été victime de la part des étudiants.

Trois personnes ont témoigné au tribunal : Chaimaa, sa sœur Fatima Zahra et un témoin de la scène, assistant du traiteur, qui devait organiser une réception au sein de la cafétéria où la jeune fille agressée travaille.

La jeune serveuse a expliqué au parquet général que malgré son jeune âge, elle s’est vue obligée de travailler pour aider sa famille, compte tenu des difficultés financières rencontrées par son père au cours des mois derniers. Originaire de Sidi Kacem, Chaimaa a alors accepté d’être serveuse au sein de la caféteria de l’université Moulay Ismail à Meknès, rapporte le quotidien Akhbar Al Yaoum. 

Lire aussi: Humiliée par des étudiants à Meknès, elle raconte son calvaire (vidéo)

Elle a souligné qu’elle entretenait de très bonnes relations avec les étudiants et que chaque fois que son emploi du temps le lui permettait, elle aimait converser avec eux. Mais elle a été surprise, la semaine dernière, par leur changement d’attitude qui l’a obligée à limiter ses relations avec eux.

Mais mardi dernier, elle a été surprise par une vingtaine d’étudiants, armes blanches et grands sabres aux mains, qui l’ont obligée à la suivre. Sa sœur, Fatima Zahra, a essayé tant bien que mal de protéger sa petite sœur, mais elle n’a reçu que des coups et a été blessée aux mains. La gravité et la profondeur de ses blessures l’ont obligée à se diriger vers l’hôpital Mohammed V de Meknès.

Les agresseurs ont violemment emmené Chaimaa dans la cour de l’université et ont procédé à la punition générale, en la plaçant au milieu d’étudiants enragés et haineux qui voulaient appliquer les punitions islamiques archaïques, notamment lui couper la langue et la main. Mais ils se sont limités à lui raser les cheveux et à lui asséner des coups sur tout le corps.

Cinq des agresseurs ont été identifiés par la jeune victime, dont un qui a reconnu les faits, mais a tout mis sur le dos du groupe de conservateurs qui ont agressé Chaimaa. L’un des membres de ce groupe est actuellement en délit de fuite et recherché aux quatre coins du royaume.

Soraya Adny


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page