Cheikh Redouane au cœur d’une polémique (PHOTO)

Cheikh Redouane Ben Abdeslam a suscité une grande polémique sur les réseaux sociaux, au Maroc. Il y a de quoi puisque le prédicateur salafiste a porté un grand tort à l’école marocaine et souillé l’image de l’enseignement et sa valeur intrinsèque.

En effet, Ben Abdeslam a perpétré ces allégations d’illuminé, mardi 9 novembre, dans sa réponse à la question s’il faut inscrire les enfants à l’école, publique ou privée, ou les envoyer étudier dans une école coranique. Ce dernier cas est celui d’un père qui refuse que ses enfants fréquentent l’école publique et lui préfère le « m’sid »!

Le prédicateur, via sa page officielle Facebook, a répondu que c’est le plein droit du père et qu’il est d’accord à 100% avec son choix car « l’école était auparavant une source d’éducation et d’enseignement, alors qu’elle est devenue maintenant source de débauche et d’ignorance »( sic).

Les réactions des internautes n’ont pas tardé à désavouer la « sentence » subliminale du prédicateur. Et les commentaires ont été nombreux à contester énergiquement la réponse insensée de Ben Abdeslam. « L’école marocaine, et particulièrement l’école publique, a donné des professeurs, des médecins, des savants et des ingénieurs, Au contraire, selon votre logique, tout le monde doit avoir recours aux recettes traditionnelles médicamenteuses et ne pas se rendre à l’hôpital! », a écrit un internaute.

D’autres personnes, choquées aussi par la réponse du salafiste, lui ont demandé de faire amende honorable et de présenter ses excuses à tous les Marocains pour avoir porté préjudice et terni l’image de l’école et de la femme.

Larbi Alaoui


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco



Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page