Cheikh Kettani réagit à l’interdiction de la prière de l’Aïd al-Adha

Le cheikh salafiste Mohammed Ben Hassan Kettani a critique la décision du ministère des Habous d’interdire la prière d’Aïd Al Adha dans les mosquées et les moussalas.

Dans une vidéo publiée sur sa page Facebook, le cheikh a déclaré que cette interdiction était « prévisible ». « Nous ne sous-estimons pas la dangerosité du virus… Mais la réalité est que le Maroc a tout ouvert. Les magasins sont ouverts et bondés de visiteurs. On ne peut pas parler de distanciation physique », a-t-il lancé.

Kettani a noté que les rassemblements dans les plages et les piscines sont plus importants que ceux dans les mosquées. « Les plages surpeuplées ne contribuent pas à propager le virus. Mais c’est la prière de l’Aïd, où l’on fait exactement comme les cinq prières quotidiennes, qui va transmettre le covid », a-t-il ironisé.

Pour rappel, le ministère des Habous et des Affaires islamiques a annoncé, jeudi, qu’il a été décidé, dans le cadre des mesures préventives pour faire face à la pandémie, de ne pas accomplir la Prière de l’Aïd Al-Adha aussi bien dans les Moussalas que dans les mosquées, en raison de l’affluence observée à cette occasion et des difficultés de garantir les conditions de distanciation.

Tout en précisant que les mosquées restent ouvertes pour l’accomplissement des cinq prières et de la prière du vendredi, le ministère souligne dans un communiqué que cette mesure relative à la Prière de l’Aïd Al-Adha est une sounna qui peut être accomplie aux domiciles.

M.F.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page