Cette ville marocaine a battu ses records d’affluence en 2022

Par LeSiteinfo avec MAP

Jamais Essaouira n’aura vécu une année aussi effervescente en termes d’affluence des visiteurs et des festivaliers venus assister à la multitude d’évènements éclectiques et de manifestations de haute facture qu’abrite annuellement la Cité millénaire.

La perle de l’Atlantique a battu ses records d’affluence durant 2022 après les succès retentissants qu’ont enregistré les différents évènements d’envergure organisés durant cette année après une aussi longue parenthèse, Covid-19 oblige, ce qui illustre de manière éloquente l’ADN nourri et façonné depuis plus de trente ans par l’exceptionnelle richesse de son patrimoine matériel et immatériel, l’addition volontariste et réussie de toutes ses diversités et la qualité de son offre culturelle, à l’initiative et sous l’impulsion notamment de l’Association Essaouira-Mogador.

La Cité des Alizés a retrouvé son aura d’antan grâce à la résilience dont elle a toujours fait montre, comme en témoigne l’affluence exceptionnelle qu’ont connu les principaux rendez-vous culturels qu’abrite annuellement la ville entre autres, le Gnaoua Festival Tour (du 22 au 24 juin) et le Festival des Andalousies Atlantiques (du 27 au 30 octobre), placés sous le Haut Patronage du roi Mohammed VI.

En effet, un record historique a été battu ! Essaouira a connu un été très exceptionnel en affichant complet avec un taux d’occupation de la totalité de son parc hôtelier, formel et informel, et la difficulté de trouver une chambre à 30 km à la ronde.

Dans ce cadre, le « Gnaoua Festival Tour » a drainé une très grande affluence, illustrant ainsi cette relance sûre et soutenue de l’activité touristique dans la ville et confortant le positionnement d’Essaouira comme destination culturelle, artistique et du savoir par excellence.

Annoncée comme celle qui fera date, la 18è édition du Festival des Andalousies Atlantiques a, de son côté, connu un « franc succès » aussi bien en termes d’affluence que sur le plan de la diversité du public et des festivaliers venus de différents horizons pour partager, le temps de cette manifestation unique au monde, de par son ADN et sa vocation, des moments inoubliables de liesse et de communion.

Cet événement phare, tant attendu après une parenthèse de 3 ans due à la Covid-19, a tenu toutes ses promesses en battant tous les records, notamment en termes du nombre des festivaliers.

Cette reprise n’est pas le fruit du hasard, mais d’innombrables efforts concertés de plusieurs acteurs locaux et parties prenantes, qui ont travaillé d’arrache-pied, dans le cadre d’une approche participative, pour que cette Cité millénaire retrouve la place qui lui échoit sur l’échiquier du tourisme national et international.

Cette relance a commencé à se ressentir dès l’annonce de la décision des autorités publiques de rouvrir les frontières le 7 février dernier, ce qui a permis à l’activité touristique de reprendre ses couleurs, lentement mais sûrement, dès le mois d’avril.

Bien au-delà du rebond conjoncturel attendu et annoncé pour l’après-Covid, Essaouira voit ainsi reconnue et avec éclat la validité des choix structurels et pionniers autour desquels, elle a choisi dès 1991 de fonder sa renaissance et sa spécificité, en offrant à la beauté de ses sites et de ses plages un écrin serti de la profondeur de son histoire et de la richesse de son patrimoine culturel.

Essaouira recueille aujourd’hui les fruits d’une vision singulière et prémonitoire qui donne toute sa lumière à la beauté de ses sites et à l’urbanité exemplaire et citoyenne de sa société civile, désormais, réconfortée et rassurée par la pertinence de ses choix et par la durabilité des acquis accumulés tout au long de ces dernières années.

C’est dans cette perspective qu’il faut comprendre l’exceptionnel impact et succès national et international de Bayt Dakira, Maison souirie de la Mémoire Juive Marocaine, inaugurée par le roi Mohammed VI, le 15 janvier 2020, et qui reçoit plus de 1.000 visiteurs par semaine, Marocains et étrangers de toute confessions, de tous âges et de toutes générations.

Cette notoriété acquise par la Cité des Alizés en tant que carrefour interculturel incontournable sera consolidée davantage avec la création de la Cité des Arts et de la Culture qui viendra conforter l’enracinement et la centralité des Arts et de la Culture à Essaouira.

Une infrastructure culturelle moderne, qui sera signée l’architecte mondialement reconnu, Oscar Niemeyer, qui a fait don au Maroc et à Essaouira de l’esquisse de cette future Cité.

Répondant aux standards internationaux, ce projet de grande envergure est sur les bons rails pour devenir réalité, au grand plaisir des Souiris et des amoureux de cette ville séculaire, confirmant le choix fait par Essaouira, depuis une trentaine d’années, en érigeant la culture en un véritable levier du développement socio-économique local.

Cette dynamique multidimensionnelle que vit la Cité des Alizés donne aussi tout son sens à la remise à niveau réussie de l’ancienne Médina d’Essaouira, un chantier sans précédent en voie d’être achevé et qui s’inscrit dans le cadre du Plan Royal de restauration des Médinas du Maroc.

S.L.

Vignette: propriétaires de voitures ayant plus de 10 ans, ceci vous concerne (DGI)






Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page