Ces grands chantiers qui vont changer le visage d’Agadir et sa région

En dehors des 94 projets structurants qui serviront d’armature à la réalisation du PDU d’Agadir, d’autres projets sont attendus pour accompagner le développement économique et social de la Région.

La LGV Marrakech-Agadir en quête de financement

Intervenant, il y quelques jours, devant la Chambre des représentants, le ministre du Transport et de la logistique, Mohamed Abdeljalil, a indiqué que la réalisation de la voie ferrée reliant Marrakech à Agadir est l’une des priorités du plan de l’Office national des chemins de fer (ONCF). Abdeljalil a noté, lors des questions orales à la Chambre des représentants, que l’ONCF a mené des études préliminaires pour la réalisation de ce méga projet, y compris l’étude topographique. Le ministre a également souligné que le projet nécessite un budget de 50 MMDH, soit 5,38 milliards de dollars, ajoutant que le développement du projet dépend de l’effort collectif des parties prenantes pour le financer.

Aujourd’hui, le ministère et l’ONCF étudient toutes les possibilités disponibles pour financer le projet de la LGV, y compris à travers un partenariat public-privé. Pour rappel, la réalisation de la ligne à grande vitesse (LGV) entre Marrakech et Agadir est un engagement pris par le Roi Mohammed VI, le 6 novembre 2019, à l’occasion du 44e anniversaire de la Marche verte. Cette voie ferrée qui reliera le Nord et le Sud du Maroc sera longue de plus de 230 km et s’inscrit dans la perspective d’une extension ultérieure au reste des provinces du Sud.

Dessalement d’eau de mer : l’unité mutualisée fin prête à Chtouka

Réceptionnée sur le plan industriel en septembre 2021, l’unité mutualisée de dessalement de l’eau de mer, destinée à l’approvisionnement du Grand Agadir en eau potable et à l’irrigation de la plaine de Chtouka, a entamé sa mise en exploitation effective. L’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) a procédé à la livraison, à la Régie Autonome Multi-Services d’Agadir (RAMSA), de l’eau potable produite à partir du dessalement d’eau de mer. Cette livraison permettra de sécuriser les besoins en eau potable du Grand Agadir, ainsi que l’eau d’irrigation pour la plaine de Chtouka, et ce, dans l’attente de la mise en service définitive et totale du projet conformément aux dispositions contractuelles régissant ce projet.

Selon l’ONEE, ce grand projet structurant de dessalement d’eau de mer mutualisé est le fruit d’un partenariat public-privé entre l’ONEE et le ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts pour satisfaire les besoins en eau potable du Grand Agadir et en eau d’irrigation de la plaine de Chtouka. Les travaux de ce projet ambitieux ont démarré en 2018, avec une capacité au démarrage de 275.000 m3 /jour (150.000 m3 /jour pour l’eau potable et 125.000 m3 /jour pour l’irrigation) et, à terme, de 400.000 m3 /jour à parts égales entre les besoins en eau potable et en eau d’irrigation.

La STEP Abdelmoumen à Taroudant livrée en 2023

D’une puissance installée de 350 MW, le projet de la Station de transfert d’énergie par pompage d’Abdelmoumen, nécessitera un coût global d’environ 3,8 MMDH. Étalée sur une superficie de 100 hectares au nord-est de la ville d’Agadir dans la province de Taroudant, ce projet fait partie du programme d’équipement de l’ONEE visant le renforcement des moyens de stockage intelligent de l’électricité afin d’accompagner le développement de projets d’énergie renouvelable pour disposer d’une souplesse d’exploitation du système électrique national. Lancés depuis avril 2018, les travaux au sein du chantier se poursuivent pour une mise en service pour le 1er semestre de l’année 2023. Selon l’Office National de l’Electricité et de l’Eau potable, qui est le maître d’ouvrage du projet, la mise en service de la STEP Abdelmoumen permettra au Maroc d’augmenter sa capacité hydraulique installée à hauteur de 20 %.

Ce projet répond parfaitement à la stratégie de décarbonation et permettra ainsi de mettre à la disposition des particuliers, et plus principalement des industriels, une énergie verte et à des coûts très compétitifs. A noter que le Maroc est le seul pays arabe disposant de cette technologie et, sur le continent africain, le deuxième pays avec l’Afrique du Sud. Ce nouvel ouvrage vient renforcer celui de la STEP d’Afourer, d’une puissance de 460 MW, en service depuis 2004. De même, le plan d’équipement de l’ONEE pour la période 2021-2030 prévoit la réalisation de deux stations similaires, celles d’El Menzel dans la région de Séfrou et d’Ifahsa dans la région de Chaouen.

Santé : Le CHU prévu pour cette année

Les travaux au sein du chantier du Centre Hospitalier et Universitaire (CHU) d’Agadir sont au stade de finition à proximité de la rocade extérieure de la ville au niveau de la parcelle jouxtant la Faculté de médecine et de pharmacie d’Agadir. La date prévisionnelle de mise en service est programmée pour fin 2022. Le projet financé à hauteur de 2,3 MMDH par le Fonds de développement saoudien a acquis son autorisation de construire (n°6212/1), le 16 novembre 2016, auprès des autorités compétentes. Toutefois, le lancement des travaux a accusé plus de deux ans de retard. Aujourd’hui, le maître d’ouvrage du projet de CHU qui est le ministère de la Santé et le maître d’ouvrage délégué, le ministère de l’Equipement, du Transport et de la Logistique, mettent les débouchés doubles pour la mise en service de projet. Le CHU d’Agadir dispose d’une capacité de 867 lits. Il comporte un pôle «mère-enfant», un pôle médico-chirurgical en plus d’un bloc opératoire comportant 17 salles chirurgicales. Outre des pôles d’excellence, des laboratoires centraux, une unité de télémédecine, des services de formation et un centre de simulation, et d’autres dépendances administratives et techniques.

La station d’Aghroud renforcera la vocation touristique de la région

Parmi les projets qui renforceront la vocation touristique de la destination Agadir Souss-Massa figure la future station d’Aghroud. D’un capital de 10 MDH, c’est la société de développement régional (SDR) baptisée «Aghroud Aménagement» qui se chargera de l’aménagement de ce projet. Étalée sur 594 hectares, cette future station mobilisera l’équivalent d’1,5 MMDH durant la période 2021-2026, à hauteur de 600 MDH pour chacun (SMIT et Région), alors que la SDR Aghroud Aménagement devra mobiliser, en 2024 et 2025, l’équivalent de 300 MDH. Pour rappel, les actionnaires majoritaires de la société de développement régional Aghroud Aménagement sont le Conseil Régional Souss-Massa et la Société Marocaine d’Ingénierie Touristique (SMIT). S’agissant de l’offre de la station, elle devra déboucher sur une taille de capacité d’hébergement hôtelier avoisinant les 12.000 lits.

La première séquence d’aménagement portera sur 200 ha, soit 5.000 lits pour la période 2020-2026. Au total, la somme la plus importante en matière d’investissement sera consacrée durant les six prochaines années aux infrastructures de base hors et in site. À cet égard, 850 MDH seront consacrés à la réalisation des aménagements de base à l’intérieur du site, mais aussi à l’extérieur, notamment via la réalisation de la voie de contournement, le branchement en eau potable, l’électricité et l’assainissement avec la réalisation d’une station d’épuration. Une autre enveloppe fixée à 350 MDH sera dédiée au renforcement de l’attractivité du site à travers la mise à niveau urbaine et l’animation par le biais de l’aménagement de la corniche, l’intégration et la mise à niveau des villages avoisinants, le développement de la composante animation, un parc thématique et bien d’autres.

Yassine Saber / (GRAND DOSSIER diffusé en partenariat avec Les Inspirations ÉCO)


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page