Ce que dit le dernier rapport sur le Sahara distribué aux membres du Conseil de sécurité de l’ONU

Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a déclaré, dans son dernier rapport sur le Sahara, distribué lundi aux membres du Conseil de sécurité de l’ONU, son intention de relancer le processus de négociations sur la base du réalisme et du compromis avec une nouvelle dynamique et un nouvel esprit pour parvenir à une solution politique mutuellement acceptable à la question du Sahara, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité. Dans ce rapport, M. Guterres recommande notamment la prorogation de 12 mois, jusqu’au 30 avril 2018, du mandat de la Minurso.

Le rapport fait état de la décision du Maroc d’autoriser le retour de 17 fonctionnaires civils de la Minurso, et sa coopération avec l’ONU pour clore définitivement ce dossier.

Le Secrétaire général s’est référé à plusieurs passages du Discours du Roi Mohammed VI, commémorant le 41ème anniversaire de la Marche Verte, le 6 novembre 2016, dans lequel le Souverain avait dit que: « nos provinces du Sud (…) sont fortes par l’attachement de leurs enfants à leur marocanité et au système politique de leur pays ».

Dans cette adresse Royale, poursuit le rapport de M. Guterres, le Souverain s’est félicité du fait que les provinces du sud, grâce à leur modèle de développement et aux projets qui y ont été lancés, sont devenues “un pôle de développement intégré et agissant dans son environnement régional et continental, et un axe pour la coopération économique entre le Maroc et sa profondeur africaine”.

Le rapport revient également sur les élections législatives du 7 octobre 2016, soulignant que cette consultation populaire s’est déroulée « sans incident ».

« Je recommande que le Conseil proroge le mandat de la Minurso de 12 mois supplémentaires jusqu’au 30 avril 2018 », a indiqué M. Guterres dans son rapport, exhortant « le Conseil de sécurité à demander au front polisario d’opérer un retrait complet et sans conditions de la région de Guergarat ».

Le Secrétaire général des Nations Unies a, à contrario, tenu à « saluer la réponse positive du Maroc à l’appel qu’il avait lancé aux deux parties pour se retirer de la région de Guergarat », en spécifiant qu’il “demeure profondément préoccupé par la présence continue d’éléments armés du front polisario dans cette région, et par les défis que cela pose à la raison d’être de cette zone tampon”.

M. Guterres a reconnu, à ce propos, que cette situation risque d’ « entraîner l’effondrement du cessez-le-feu » et d’engendrer un “impact dangereux” sur la sécurité et la stabilité de l’ensemble de la région.

H.L. (avec MAP)


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page