Casque bleu marocain accusé d’abus sexuels: le général Arroub ouvre une enquête

Suite à des accusations d’abus sexuels portées par l’ONU, et révélées lundi dernier, contre un casque bleu marocain, l’Etat-major marocain a ordonné l’ouverture d’une enquête.

Il en a informé l’instance onusienne en lui précisant que cette enquête sera menée par le Maroc, rapporte le quotidien Al Massae.
L’ONU a affirmé avoir reçu des plaintes d’abus sexuels impliquant des casques bleus appartenant aux contingents marocain et burundais travaillant à la mission de l’ONU en République centrafricaine (MINUSCA).
Selon le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, cité par l’agence de presse Reuters, des membres du contingent burundais sont soupçonnés d’avoir violé une fille de 14 ans au mois de février.
Le deuxième cas concerne un soldat marocain accusé d’avoir abusé sexuellement d’une femme au mois de février dernier dans la ville de Bangassou.

Lire aussi : Nouvelles accusations d’abus sexuels contre un Casque bleu marocain
Ces nouvelles accusations viennent s’ajouter à des précédentes qui ont mis à mal l’ONU et dans lesquelles sont impliqués des soldats français.  Auparavant, l’ONU s’est trouvée au cœur de scandales en raison d’accusations d’abus sexuels sur des enfants  commis par ses contingents en Centre-Afrique, en 2013 et 2014.
Al Massae rappelle à ce sujet que le Maroc avait déjà ouvert une enquête en 2013 au sujet d’un Casque bleu marocain à la demande de l’ONU. Il était soupçonné d’avoir violé une mineure.
Selon M. Dujarric, avec ces deux nouveaux cas, le nombre d’abus sexuels et d’exploitations sexuelles, depuis le début de cette année, s’élève à 25 cas en République centrafricaine.

 


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page