Casablanca, ville fantôme le 2ème jour de l’Aïd (VIDEO)

On aurait dit qu’il s’agit du film de science-fiction/épouvante, « Je suis une légende », dans lequel le personnage principal, interprété par Will Smith, est le seul habitant encore vivant, combattant de méchants et sanguinaires vampires.

Mais c’est la pure et triste réalité de la capitale économique, le deuxième jour de la célébration de l’Aïd Al Fitr. Scènes d’une ville déserte, une vraie ville fantôme avec commerces clos, circulation quasi-absente et habitants confinés chez eux.

L’état d’urgence sanitaire, instauré par les autorités afin d’endiguer le risque de transmission du Covid-19 explique, de bien entendu, que la avenues et rues de Casablanca soient ainsi désertes et désertées, à l’instar d’ailleurs de toutes les autres villes du Royaume.

Et Hay Mohammedi, ce quartier casablancais historique, n’a pas fait exception et n’a point échappé à la règle générale, lui si grouillant et si plein de vie par temps d’avant le coronavirus!

Et la veille, les Marocains ont fait contre mauvaise fortune,bon coeur et ont dû célébrer le premier jour de la fête religieuse de l’Aïd, dans une ambiance familiale inhabituelle et morose.

Des festivités discrètes et un tantinet tristes sans les manifestations festives d’antan. De même que le mois sacré de Ramadan 2020 reste exceptionnel et unique dans les annales, n’ayant ressemblé en rien à ses prédécesseurs des années précédentes.

Touchons du bois en ce qui concerne l’avenir! Et espérons que « Demain sera un autre jour », selon la belle expression si optimiste et motivante!

Larbi Alaoui

Articles similaires

Suggestions d’articles

Casablanca: elle se fait passer pour la femme d’un policier afin d’avoir son visa

Les éléments de la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) ont interpellé, jeudi, un inspecteur de police exerçant au district de Sûreté d'Anfa à Casablanca et une femme âgée de 22 ans, pour leur implication présumée dans une affaire de falsification et usage de documents officiels.