Casablanca: une clinique privée demande une somme faramineuse à la famille d’une personne décédée

Une clinique privée a demandé une somme faramineuse à la famille d’un pharmacien. Celui-ci, ayant contracté le covid-19, avait été hospitalisé avant de décéder, rapporte le quotidien Akhbar Al Yaoum.

Pour 7 jours d’hospitalisation et de soins à la salle de réanimation, la clinique a demandé à la famille du défunt la somme astronomique de 200000 DH. Après négociations, les honoraires de la clinique ont été revus à la baisse pour devenir 60000 DH. Au total, avec d’autres frais, la famille du défunt devrait verser 140000 DH à la clinique privée!

De surcroît, il a été exigé à la famille le dépôt d’une avance de 40000 DH au moment de l’admission du patient au sein de la clinique. A rappeler que cette condition de dépôt d’avance est exigée par presque toutes les cliniques, dont certaines exigent « un chèque de garantie », normalement interdit par la loi.

La clinique a également exigé de la famille de payer le reliquat avant que la dépouille ne puisse lui être remise en vue des obsèques, a précisé la même source. Devant les fortes protestations des membres de la famille du défunt et leur grande indignation, le propriétaire de la clinique a dû réduire les honoraires exorbitants demandés à 70000DH.

Tous ces actes mercantiles ont été vivement critiqués par la pharmacienne, Dr Souad Moutawakil, qui s’est demandée si ces cliniques font l’objet de contrôles des autorités concernées. Un autre praticien s’est aussi insurgé contre le comportement de cliniques privées qui considèrent le patient comme « une marchandise » leur rapportant de gros bénéfices.

Attitude cupide que le médecin juge inacceptable et inique. « C’est la loi de la jungle qui règne! Ces comportements ne peuvent être le fait de lois d’êtres humains! », a-t-il déploré, selon le quotidien arabophone.

L.A. et M.T.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page