Casablanca: une affaire de harcèlement sexuel éclate au CHU Ibn Rochd

Des infirmières exerçant au Centre hospitalier universitaire Ibn Rochd, à Casablanca, ont choisi de briser le silence concernant le harcèlement, aussi bien sexuel que moral, dont elles sont victimes de la part d’un Professeur, responsable du même hôpital.

L’avocat de ces infirmières a déclaré à Le Site info que ces dernières ont déposé plainte auprès du procureur du roi près le Tribunal de première instance de Casablanca, accusant ce Professeur du CHU de harcèlement. En faisant savoir qu’en cas de refus d’obtempérer à ses avances, le mis en cause n’hésite pas à faire usage de menaces et d’intimidations.

Cette plainte, ajoute l’avocat de la défense, concerne les chefs d’accusation suivants à l’encontre du mis en cause: harcèlement et paroles injurieuses. En sus, une autre plainte a été adressée au ministère de la Santé par le Syndicat national des infirmiers. Cependant, le parquet général compétent a décidé ne pas statuer sur la plainte des infirmières, a souligné l’avocat. Celui-ci a souligné que cette décision a incité les plaignantes à présenter des messages audios prouvant les insultes humiliantes proférées par le Professeur à leur encontre et les touchant dans leur dignité et leur honneur.

Par ailleurs, l’avocat des infirmières a également précisé que, de son côte, le Professeur a déposé plainte pour « diffamation et allégations mensongères ». Quant aux plaignantes, elles vivent un véritable cauchemar au quotidien, ayant des répercussions néfastes dans l’exercice de leur profession paramédicale, mais aussi dans leurs relations au sein milieu familial et avec leurs conjoints, a poursuivi leur avocat.

Larbi Alaoui


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco



Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page