Casablanca: les chauffeurs de taxis sont en colère

Les chauffeurs de taxis de Casablanca ont organisé un sit-in, mercredi 5 février courant. Et ce, en protestation contre “la situation catastrophique que connaît le secteur”.

Le secrétaire général du Syndicat national des professionnels des taxis de Casablanca a déclaré à Le Site Info que cette manifestation est la résultante du non-respect du point de départ des taxis de la capitale économique.

Mohamed El Harrak a également ajouté que les voitures s’y trouvant sont passibles de PV dressés par les agents de police à l’encontre de leurs conducteurs, qui peuvent ensuite s’en aller tranquillement. En revanche, quand il s’agit des taxis, ceux-ci sont conduits à la fourrière municipale pour tout un mois.

Notre interlocuteur n’a pas manqué de pointer cette décision concernant les taxis, la trouvant injuste et partiale. “Et c’est justement cette raison qui nous a poussés à décider notre sit-in”, a tenu à préciser El Harrak.

Les professionnels du secteur ont pu avoir une réunion avec le gouverneur de la préfecture d’Al Fida, dans l’attente de résolutions satisfaisant toutes les parties prenantes, a conclu le SG du Syndicat national des taxis de Casablanca.

L.A.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Tramway de Casablanca: une nouvelle programmation pour éviter la foule

La RATP Dev, opérateur de tramway à Casablanca, a annoncé l'amélioration des fréquences à certaines plages horaires, à compter du lundi 30 mars, en vue de faire respecter la règle de "100 personnes maximum par rame" destinée à enrayer la propagation du nouveau coronavirus (Covid-19).