Casablanca: des étudiants en médecine et pharmacie protestent, voici pourquoi (VIDEO)

Des dizaines d’étudiants ont organisé un mouvement protestataire, ce mardi, au sein de la faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca pour dénoncer les sureffectifs et la faible qualité de la formation.

A cette occasion, les manifestants ont scandé plusieurs slogans, dont « La qualité de la formation médicale est une ligne rouge » et « Nous sommes tous frères (khout), mais avec les sureffectifs, le malade va mourir (ghay mout) ».

Par ailleurs, et dans une déclaration à Le Site info, le président du Conseil des étudiants en médecine de Casablanca (CEMC), Mohamed Ayman Fathi, a affirmé qu’il ne faut surtout pas prétendre que les étudiants en médecine et en pharmacie s’attaquent aux étudiants de retour d’Ukraine. « Ceux-ci sont Marocains et il faut leur trouver des solutions qui leur conviennent. Mais pas aux dépens des étudiants au Maroc! », a-t-il ajouté, tout en précisant que depuis 2011, le CRMC appelle à l’élargissement des terrains hospitaliers, vu les sureffectifs considérables.

De son côté, le vice-coordinateur national de la Coopération et des Affaires externes de la faculté précitée a tenu à souligner à Le Site info que les étudiants en médecine et en pharmacie ne doutent point des compétences des étudiants de retour d’Ukraine, mais dénoncent surtout les sureffectifs dont ils pâtissent.

De même que Yassine Jakni a appelé le ministère de la Santé et de la Protection sociale à ouvrir le dialogue avec les étudiants en médecine et de réfléchir à des mesures objectives, à même de résoudre les problèmes encore en suspens, dont celui des sureffectifs.

Il a également appelé à la réouverture des centres hospitaliers de Tanger et d’Agadir, fermés depuis des années, d’indemniser aussi les étudiants pour les fonctions exercées et de prendre en compte la situation sociale de « l’étudiant d’aujourd’hui, médecin de demain ».

L.A.




Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page