Casablanca: La chasse aux faux taxis a commencé

Les petits taxis rouges de Casablanca ne sont pas tous nets. Il y a des dizaines de ces véhicules de transport qui sillonnent les boulevards et les rues de la métropole en toute illégalité. Ainsi et après avoir démantelé à Hay Hassani, un réseau qui entretenait une dizaine de taxis grâce à des agréments falsifiés, les autorités de la ville ont décidé d’élargir les investigations pour assainir ce secteur.

Il s’agit, avant tout, de contrôler tous les agréments qui sont présentés au pointage quotidien des taxis, puisque certaines familles continuent à glaner des revenus de ces titres bien après le décès du bénéficiaire initial, ce qui est illégal étant donné que l’autorisation n’est pas héréditaire.

Aussi, plusieurs propriétaires continuent-ils à employer des véhicules anciens et ne répondent pas aux exigences du renouvellement de la flotte, de peur d’être démasqués. Il en est de même des réseaux de falsificateurs des agréments qui violent la loi et louent les taxis ou exercent le métier illégalement. Il y a également, des véhicules qui sont peints aux couleurs des taxis portant de faux numéros et exerçant en toute liberté, constituant un réel danger pour les passagers.

A rappeler que la ville de Casablanca contient plus de 6000 petits taxis et près de 1000 grands taxis.

Mehdi Demni

Articles similaires

Suggestions d’articles

Khadija, « la fille aux tatouages », croupit actuellement en prison

Son histoire avait suscité de vives réactions de la part des internautes. La jeune Khadija Oukarrou, qui avait été sauvagement violée et tatouée contre son gré dans la région de Fqih Ben Saleh, refait parler d'elle.