Campagne de vaccination: les figures publiques doivent aussi se faire vacciner en premier (Expert)

Le docteur Tayeb Hamdi, chercheur en politiques et systèmes de santé, a présenté, dans un article basé sur des suggestions d’experts, ses propositions pour une campagne réussie de sensibilisation et de communication au sujet du vaccin contre le coronavirus. Et ce, à l’attention des citoyens encore hésitants ou réticents à l’idée de se faire vacciner. Ainsi aussi que pour réfuter les allégations et idées reçues sur le vaccin. 

Dr Hamdi affirme que pour bâtir la confiance vis-à-vis du vaccin, les médecins et professionnels de la santé doivent être entièrement impliqués. Ceci, aussi bien au niveau des cadres du secteur public, qui entretiennent une relation quotidienne et continue avec leurs patients et leurs familles; les médecins traitants; les médecins de famille que les médecins généralistes qui sont très proches de leurs patients et en qui, selon des études, la population fait grandement confiance à leurs conseils et recommandations.

L’expert ajoute que les bénéfices escomptés de la vaccination doivent être clairs. Les avantages du vaccin doivent être mis en évidence et les citoyens doivent être bien informés au sujet du niveau d’innocuité et de sécurité des vaccins. Ceci doit être renforcé par les résultats des études scientifiques et des essais cliniques rigoureux. Et ce, en toute transparence, sans tenter de nier des effets secondaires éventuels, potentiels ou enregistrés.

Concernant les réticents à la vaccination, Dr Hamdi assure qu’une campagne de communication les ciblant ne devrait point être basée sur la peur et les conséquences «terribles» de la non-vaccination. Ceci est contre-productif, selon l’expert. Ainsi, il est préférable d’axer la communication sur les aspects positifs et les avantages tirés de la vaccination.

L’accent doit également être mis sur les valeurs de solidarité et d’altruisme. Pour s’adresser aux réticents au vaccin, la communication devrait être axée sur les bénéfices tirés de leur vaccination, sur l’importance de leur contribution à protéger leurs familles et leurs proches et à protéger les plus vulnérables au sein de la population. Il faut aussi mettre l’accent sur leur contribution à la stratégie d’immunité collective pour faire sortir le pays et le monde entier de cette crise sanitaire et permettre un retour rapide à la normalité de la vie sociale, à une scolarité sans perturbations et à un redémarrage économique garant de postes d’emploi et de sources de revenus pour les familles . « Cibler les jeunes est une condition incontournable », a souligné le spécialiste.

A ce propos, Dr Hamdi a précisé qu’il faut idéaliser le retour à la normalité, à «la vie d’avant ». Et ce, en rappelant les aspects simples mais profonds de la vie d’avant la pandémie, dépourvue de mesures barrières et de mesures territoriales restrictives. Il s’agit de mettre l’accent sur la simplicité de cette vie, avec ses opportunités sociales, familiales et individuelles, et œuvrer pour accélérer un retour à la normale le plus tôt possible, par le biais de l’acquisition d’une immunité collective grâce à la vaccination.

Pour le docteur Hamdi, parmi les clés d’une campagne réussie, figure la vaccination des leaders, des hommes politiques, des décideurs, des influenceurs, des sportifs, des artistes, des journalistes. Et ce, dès le début de la campagne, même s’ils ne font pas partie des groupes prioritaires. Il ne s’agit pas d’une recherche de privilèges ou de clientélisme, mais plutôt d’un encouragement des citoyens à adhérer largement et rapidement à la vaccination, en renforçant la confiance dans le vaccin.

La campagne devrait cibler les professionnels de la santé eux-mêmes, a-t-il tenu à affirmer. Même parmi ces professionnels, il y a des réticents et des hésitants avec qui une communication scientifique devrait être établie pour contrer les fausses idées, les clichés et les préjugés sur la vaccination. Les médecins sont tenus, sur les plans professionnel, éthique et légal de dispenser à leurs patients et à la population, des recommandations basées sur les dernières découvertes scientifiques et sur les recommandations des autorités sanitaires et médicales, et non selon leurs propres convictions.

Il faudrait aussi assurer la gratuité du vaccin et faciliter l’accès équitable à la vaccination pour tous les citoyens. Et ce, où qu’ils se trouvent et quelles que soient leurs conditions. Ainsi, l’acte de vaccination doit être facilité au mieux, sans obstacles, ni trop de formalités, sauf celles liées à la sécurité des patients.

Dr Hamdi a aussi souligné qu’il faut prendre toutes les mesures pour le suivi des vaccins et des vaccinés, surveiller les effets secondaires réels ou potentiels et communiquer régulièrement avec l’opinion publique à ce sujet. Et ce, afin de bâtir et consolider la confiance entre le citoyen, le vaccin et le système de santé.

Le praticien a conclu en déclarant qu’il faudrait lancer et accélérer la campagne de communication et de sensibilisation avant la campagne de vaccination elle-même. Plus la campagne de communication est précoce, plus l’adhésion de la population est importante, a-t-il assuré.

M.F.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page