Café La Crème: comparution des deux tueurs à gages sous haute surveillance sécuritaire

La CremeLa Creme

L’affaire de la fusillade du café ” La Crème”, qui avait fait grand bruit, revient au devant de la scène. Ceci, avec la comparution des deux mis en cause devant la Chambre criminelle près la Cour d’appel de Marrakech, nous apprend le quotidien Al Massae, dans son édition de ce vendredi 16 février.

Sous une haute surveillance policière, aussi bien à l’intérieur du tribunal qu’aux environs immédiats, les deux tueurs à gages néerlandais, tour à tour, ont été entendus par le procureur général. Ces minutieuses précautions sécuritaires ont été entreprises une heure avant que les accusés ne soient transférés de la prison l’Oudaya au tribunal.

Des sources concordantes du journal ont appris que l’éxécuteur du règlement de comptes avait tiré quelque dix balles  pour être sûr de ne pas rater sa cible humaine. De même que des témoins oculaires ont pu reconnaître avec exactitude les deux ressorissants néerlandais dont la corpulence physique et le genre de coiffure ne pouvaient  tromper.

Selon l’enquête diligentée par les autorités compétentes, les deux  tueurs à gages ont débarqué à Marrakech  quatre jours avant l’exécution de leur forfait et sont descendus dans deux hôtels, dont l’un se trouve juste en face du café où a eu lieu la sanglante fusillade. L’on sait également que la voiture qu’ils avaient louée était restée garée à proximité de “La Crème” pendant quatre heures, avant de démarrer en trombe quelques courts instants après  la fusillade.

Les premiers éléments de l’enquête judiciaire ont également permis de connaître le “curriculum vitae” criminel des deux ressortissants  néerlandais, Un casier judiciaire qui en dit long sur leurs activités et leur palmarès de voyous: trafic international de drogue, kidnappings et séquestrations d’otages, vols à main armée et tentatives d’assassinats avec préméditation.

Larbi Alaoui

Articles similaires

Suggestions d’articles

À Casablanca, la “guerre des trottoirs” est (vraiment) déclarée

Une énième (et sûrement pas la dernière!) campagne de lutte contre l'occupation illégale de l'espace public, à Casablanca, est menée tambour battant