Banque de projets: un potentiel de 28 MMDH à libérer (VIDEO)

Le coup d’envoi d’un quatrième lot de projets, relevant de la banque de projets, a été donné hier par le ministre de l’Industrie et du commerce. À la clé, un contrat programme avec le secteur pharmaceutique et 40 projets pour un investissement total de 2,5 MMDH. 

«96 nouvelles fiches/projets ciblées viendront enrichir la Banque de projets (B.P.), composée de 275 fiches, et l’élargir pour intégrer la dimension de la souveraineté industrielle, sanitaire et alimentaire, conformément aux Orientations Royales». C’est ainsi que le ministre de l’Industrie et du commerce, Ryad Mezzour, a annoncé, en présence de plusieurs personnalités, le lancement du quatrième lot de cette B.P., qui constitue un programme national majeur et un pilier de la relance industrielle.

Cette annonce a été faite dans le cadre d’un événement organisé hier à Casablanca, autour des nouvelles opportunités d’investissement industriel qu’offre la B.P. dans le cadre de la souveraineté industrielle, sanitaire et alimentaire. Le ministre n’a pas manqué de noter que «l’industrie est appelée, dans le contexte actuel, à faire face aux enjeux stratégiques de la souveraineté et de la sécurité alimentaire en relevant les défis de l’autonomie en produits essentiels, de la compétitivité et de l’innovation».

16 MMDH de potentiel d’investissement
À noter que les 96 projets, identifiés par le ministère, représentent un potentiel d’investissement de 16 millions de dirhams (MDH), pouvant générer 67.000 emplois et un chiffre d’affaires global de près de 28 MMDH. Ces nouvelles opportunités couvrent sept thématiques: l’eau, les médicaments, les dispositifs médicaux, les intrants alimentaires, la valorisation industrielle des ressources agricoles, les emballages et équipements et enfin, les machines. «À travers ces nouvelles opportunités, nous cherchons à capitaliser sur les acquis du Maroc pendant la pandémie et à donner aux grands potentiels dont ont fait preuve les opérateurs industriels l’occasion d’aller plus loin et d’innover davantage», a affirmé Mezzour.

Un contrat programme pour le secteur pharmaceutique
Une autre annonce importante a été faite dans le cadre de cet événement. En effet, afin de marquer le lancement de cette 4e phase d’investissement de la B.P., Mezzour a signé le contrat programme 2022-2027, portant sur le secteur pharmaceutique, avec le ministre de la Santé et de la protection sociale, Khalid Ait Taleb, la CGEM, les Entreprises du médicament au Maroc (LeMM), l’Association marocaine du médicament générique (AMMG) et la Fédération marocaine de l’industrie et de l’innovation pharmaceutiques (FMIIP).

Ce contrat programme se fixe pour objectif, à terme, de créer près de 16.000 emplois industriels et une valeur ajoutée directe additionnelle d’environ 6 MMDH. Il vise donc à soulager la balance commerciale de près de 10 MMDH et à augmenter le chiffre d’affaires direct du secteur d’à peu près 15 MMDH. En plus de ce contrat programme, 40 protocoles d’accord et conventions industrielles ont été signés entre le ministère de l’Industrie et différents opérateurs industriels, dans le cadre des projets relevant de la B.P.. Opérant dans différents secteurs industriels, ces 40 projets, d’un montant d’investissement global de 2,5 MMDH, permettront la création de plus de 6.508 emplois directs.

Bilan positif depuis 2020
Depuis son lancement en septembre 2020, la B.P. a suscité un grand engouement auprès des industriels et le bilan en est très positif ! À date d’aujourd’hui, 1.179 projets d’investissement, dont 87% à capital marocain, ont été identifiés dans les 12 régions du pays. Ceci représente 266.392 emplois prévisionnels avec un chiffre d’affaires potentiel de 68 MMDH en local et de 73 MMDH à l’export. Ces chiffres représentent une prouesse et des réalisations qui dépassent l’objectif escompté, selon le ministre de l’Industrie et du commerce.

La Charte de l’investissement pour booster la Banque de projets
Notons que la réussite de la B.P. est due au dispositif d’accompagnement multidimensionnel qu’elle offre aux porteurs de projets, lesquels bénéficient, dans ce cadre, d’un appui financier à l’investissement, de la commande publique et privée, du foncier industriel, ainsi que d’une formation adaptée et de la mise en conformité. Ce dispositif se renforce désormais avec la Charte de l’investissement, qui vise à soutenir les projets, réduire les disparités territoriales et développer l’investissement dans les secteurs prioritaires.

«La Charte de l’investissement est un dispositif intégré et très avantageux qui cible à la fois les investisseurs étrangers et les acteurs locaux. C’est un levier important d’accompagnement des porteurs de projets», a déclaré Mezzour.

D’autres leviers ont été cités dans ce sens, notamment les contrats de sourcing, qui offrent de nouveaux débouchés à la production nationale. Citons également le soutien au développement de l’innovation et à la R&D via de nouveaux outils répondant aux besoins de l’investisseur ainsi que d’autres moyens de financement et d’assistance technique.

Sanae Raqui / Les Inspirations ÉCO

Douane : ce qui va changer en 2023 avec le PLF






Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page