Bac 2021: le Maroc a relevé le défi malgré le contexte sanitaire

Le Maroc a réussi le pari de l’organisation des épreuves du baccalauréat et autres examens diplômants pour la deuxième année consécutive, et ce malgré la conjoncture sanitaire exceptionnelle que connaît le pays en raison de la pandémie de Covid-19, a indiqué le responsable au Centre national d’évaluation, des examens et de l’orientation, Mohamed Al Makkari.

L’organisation de ces épreuves, qui couronnent le parcours scolaire de l’étudiant, s’est déroulée dans une ambiance marquée par la discipline et l’implication de toutes les parties prenantes, a précisé Al Makkari, qui était l’invité de l’émission matinale de la Radio d’information marocaine « RIM RADIO ».

Le ministère avait décidé, pour la deuxième année consécutive, un ensemble de mesures obligatoires à adopter tout au long de la période d’examens afin de prévenir du virus, notamment l’augmentation du nombre de centres d’examens, la distanciation sociale et le port obligatoire du masque, a-t-il ajouté.

Analysant les résultats obtenus cette année, le responsable pédagogique a relevé que le taux de réussite atteint pour les filles s’élevait à 84,83% contre 78,42% pour les garçons, notant que l’excellence du sexe féminin n’est pas une spécificité du système éducatif marocain, mais un phénomène universel.

S’agissant des pensionnaires des établissements pénitentiaires ayant postulé pour passer les épreuves du baccalauréat, Al Makkari a souligné que cette catégorie, comme le reste des candidats, a pu passer les examens dans des conditions sanitaires sûres, faisant savoir que le nombre de candidats a atteint 884 dans les différentes unités pénitentiaires avec un taux de réussite de 51%.

Concernant les élèves en situation de handicap, il a souligné que le ministère prend en considération le handicap et les difficultés qu’éprouvent ces personnes, notant que cette importante catégorie de candidats bénéficie de formules adaptées au degré de leur handicap et à leurs besoins. En ce qui concerne les corrections des épreuves du baccalauréat, le responsable a noté qu’il y a des procédures précises de correction et d’évaluation des acquis des candidats, lesquelles sont régies par le manuel des procédures d’organisation des épreuves du baccalauréat.

Les commissions de correction veillent à s’assurer que les papiers corrigés soient exempts d’erreurs de correction matérielles, comme celles de comptabilisation des points ou l’omission de notation de certaines réponses, a-t-il poursuivi. La coordination du travail des commissions de correction et le contrôle de leur fonctionnement sont confiés à un inspecteur pédagogique spécialisé ou un professeur désigné à cet effet, a-t-il expliqué. La voie empruntée par le ministère dans la préparation et le suivi des examens fait du baccalauréat un diplôme reconnu par les établissements universitaires internationaux, a-t-il conclu.


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page