Après l’université, le chantage sexuel s’exerce aussi à l’école primaire !

Ce n’est plus seulement à l’université, où les enjeux sont grands et où chaque note compte dans la définition de l’avenir de l’étudiant, que se limite le chantage sexuel. Le scandale qu’a connu l’université de Tétouan pourrait sembler de moindre gravité (quoique !) en comparaison à celui que vient de connaître une école primaire de la commune de Beni Chiguer près de Nador.

Là, c’est la famille d’une élève de 10 ans de la 5ème année du primaire qui s’est empressée de déposer plainte contre un instituteur soupçonné d’avoir fait chanter leur petite fille lui promettant de bonnes notes si elle acceptait de répondre à ses avances, affirme le quotidien Assabah.

Interpellé, le présumé pédophile a tout nié en bloc, mais à la gendarmerie, la petite fille a raconté en détails la nature des avances et des propositions que lui a faites son instituteur.

Sur ordre du parquet, ce dernier a été mis sous garde à vue. L’enquête suit actuellement son cours.

E.F.




Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page