Après le départ d’Uber au Maroc, Careem place ses pions

Après le départ inattendu d’Uber au Maroc, Careem, service de réservation de voitures avec chauffeurs via une application, vient d’annoncer avec « fierté » qu’elle reste au Maroc, « malgré quelques obstacles momentanés et franchissables ».

Dans un communiqué parvenu à Le Site info, l’entreprise confirme « son engagement à développer les services de transport au Maroc dans le cadre de sa coopération avec les administrateurs du secteur, à créer plus d’opportunités d’emplois et à mener des initiatives à caractère social, similaires à celles qu’elle a lancées dans d’autres pays de la région ».

Toujours selon le communiqué, Careem a pour objectif de faciliter la vie des individus et créer des millions d’emplois. L’entreprise, via son slogan BECAREEM, tient même à être une « source d’inspiration. Ses équipes mènent une transition notable dans les services de transport de la région pour les rendre meilleurs ».

Concernant le premier bilan de l’entreprise au Maroc, les services Careem ont suscité un « réel engouement » de la part des utilisateurs et des capitaines, juge le document. Plus de 100 000 utilisateurs des services Careem se disent en effet satisfaits de la qualité de service proposée. L’entreprise compte au Maroc plus de 1000 capitaines. Ce chiffre qui appelle à l’optimisme augmentera certainement, encourageant l’entreprise à poursuivre son développement au Maroc en parfaite harmonie avec les autres composantes du secteur des transports.

Le recrutement des capitaines se base au Maroc, comme dans les autres pays où l’entreprise est présente, sur des critères précis, bien accueilli par les capitaines eux-mêmes et par les usagers, qui ont noté le bond qualitatif que permet cette démarche importante pour une carrière professionnelle épanouissante et enrichissante.

Une révolution dans les transports au Maroc?

Dans le même ordre d’idées, Careem, soucieuse de la sûreté et la sécurité de ses usagers, qu’elle considère comme ses priorités, a mis en place toutes les procédures et tous les contrôles nécessaires. Parmi ces procédures: le suivi en ligne du trajet, la fourniture des informations relatives au capitaine, le contrôle préalable par Careem des antécédents du chauffeur, de ses qualifications, sa formation sur les normes internationales et sur le respect de l’éthique, des coutumes et des traditions, ainsi que son sérieux, son respect des principes, des lois et du code de la route et de la sécurité routière, tout contrevenant étant strictement sanctionné. Careem assure également l’usager en cas d’accident.

Careem aspire à faire profiter toutes les villes arabes de son modèle technologique avancé et à « révolutionner les transports » dans ces villes en sensibilisant et en attirant l’attention sur l’importance de l’utilisation des dernières avancées technologiques et en matière de systèmes d’informations afin de transformer le secteur, précise le communiqué.

Quid de la loi?

« Respectueuse » de la législation en vigueur, Careem espère susciter l’intérêt et attirer l’attention des gouvernements et des parties prenantes sur les investisseurs et les entreprises de la région. Careem désire créer des collaborations afin d’aider à un renouveau du secteur des transports, contribuer au développement durable et créer des emplois à temps plein et à temps partiel dans les années à venir pour les jeunes chômeurs.

Tout le monde peut faire partie des capitaines Careem. Pour cela il leur suffit de remplir le formulaire sur le site de l’entreprise et de satisfaire aux conditions et critères d’acceptation. Les personnes sélectionnées suivront par la suite une formation complète leur permettant de générer des revenus pour eux et leurs familles.

En ce qui concerne l’application Careem, il est à noter qu’elle permet aux usagers de choisir leur itinéraire et de le confirmer grâce aux services GPS, et de choisir la méthode de paiement qui leur convient parmi le paiement en espèces, par carte bancaire ou grâce au solde Careem.

Le communiqué explique que « l’entreprise contribue et soutient des projets communautaires, notamment en ouvrant ses services de transport via son application intelligente aux personnes souffrant de handicaps, en offrant à ces personnes, leurs accompagnateurs et leurs proches toute l’aide nécessaire, service qui sera généralisé à d’autres villes au cours de la période à venir ».

Careem est aussi attachée à son rôle dans le soutien aux communautés locales de la région, d’où ses partenariats avec des organisations caritatives et à but non lucratif, dont le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, pour la collecte de dons au profit des réfugiés dans le monde arabe.

Careem, qui a été créée en juillet 2012 à Dubaï, opère dans plus de 90 villes réparties dans 14 pays en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, ainsi qu’en Turquie et au Pakistan, et compte plus de 20 millions d’usagers et plus de 500 000 capitaines dans ces différents marchés. Son message est clair. La société veut maintenant prendre encore plus de place au Maroc et être totalement en accord avec la législation. Reste maintenant à régler leurs litiges avec les taxis qui ont toujours combattu Uber…et Careem.

S.L.


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page