Amzazi: « Nous nous apprêtons à vivre avec le covid-19 »

Le niveau de préparation de certains secteurs à la reprise de leur activité et la santé des citoyens sont un double enjeu auquel fait face le Maroc alors qu’il s’engage dans un processus de déconfinement, a affirmé dimanche le ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, porte-parole du gouvernement, Saaid Amzazi.

« Nous nous apprêtons à vivre avec le virus » à l’origine de la maladie de Covid-19, a lancé le ministre qui était l’invité du journal télévisé de la première chaîne nationale Al Oula pour présenter des éclaircissements sur les mesures d’allègement du confinement.

Se félicitant du sens de responsabilité des citoyens permettant de maintenir sous contrôle la situation épidémique pendant trois mois, Amzazi a insisté sur le besoin de continuer à respecter les mesures barrières en termes de distanciation physique, de port obligatoire du masque et d’hygiène personnelle, aux côtés de la désinfection des espaces de travail.

Il a également appelé à télécharger l’application mobile « Wiqaytna » afin de suivre les cas actifs, de détecter et prendre en charge les personnes exposées à la maladie.

La poursuite de l’opération d’assouplissement du confinement sanitaire vise avant tout à relancer l’économie nationale, a-t-il poursuivi, relevant qu’il n’y a pas de grande différence entre les zones d’allègement 1 et 2 au plan des activités autorisées, en dehors notamment de la circulation entre régions et du tourisme intérieur.

En même temps, a-t-i l noté, le gouvernement adopte une approche proactive en élargissant l’opération de dépistage, notamment dans les lieux où les contaminations sont probables. Il sera aussi procédé au regroupement des cas actifs dans deux établissements spécialisés à Benslimane et Benguérir en vue d’enrayer la propagation du virus et d’accélérer le déconfinement dans un souci de relance de l’activité économique.

Selon le ministre, le Maroc fut parmi les rares pays qui ont réussi à gérer la pandémie et à la contrôler sous la sage conduite du roi Mohammed VI et grâce aux mesures prises par l’exécutif en exécution des directives royales, lesquelles mesures ont été saluées par des organisations internationales.

« Nous sommes en droit de se prévaloir de la tendance positive des indicateurs épidémiques, que ce soit le taux des cas positifs, le taux de létalité ou le taux de propagation du virus », a relevé le ministre qui a cité aussi le recul significatif du nombre des patients admis aux hôpitaux et celui des cas aigus.

L’autre indicateur essentiel se rapporte au taux de guérison qui varie entre 83% et 90 %, un fait important du fait que la moyenne mondiale se situe à 53 %, a-t-il fait observer.

Dans un communiqué conjoint, les ministères de l’Intérieur, de la Santé, de l’Industrie, du commerce, de l’économie verte et numérique, ont annoncé que conformément à la décision prise par les pouvoirs publics concernant le passage à la deuxième étape du « plan d’allègement du confinement sanitaire » à partir du 24 juin à minuit, et compte tenu de la nécessité d’établir un équilibre entre l’évolution de la situation épidémiologique et les exigences d’un retour progressif à la vie normale et de la relance de l’économie nationale, un ensemble de mesures et de procédures ont été adoptées pour encadrer cette étape.

S.L. (avec MAP)


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco



Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page