Amine Radi donne de ses nouvelles après le live (PHOTO)

Le jeune humoriste marocain Amine Radi a été victime ce samedi 18 mai d’une agression de la part d’un policier en pleine rue. L’incident a eu lieu à Casablanca et le jeune homme n’a pas manqué de filmer l’agression en direct sur sa page Facebook.

Dans cette séquence, qui a été largement partagée sur les réseaux sociaux, on peut apercevoir le comédien se faire frapper par l’agent de police en pleine voie publique. “Il m’a cassé mes lunettes et m’a traité d”âne’”, a affirmé Radi.

Quelques minutes après la rupture du jeûne, Amine a tenu à rassurer ses fans, indignés par cet abus. «Je tiens à vous remercier pour tous vos messages de soutien d’inquiétude. Je me permet de partager cette photo pour vous assurer que tout se passe bien», a-t-il écrit sur sa page officielle, avec une photo de lui en compagnie de sa mère.

«Je suis parti au commissariat pour porter plainte et je tiens à remercier tous les policiers professionnels ainsi que le préfet qui m’ont accueilli avec respect, sympathie et professionnalisme. Que justice soit faite. Le droit s’arrache, ne se donne pas», a ajouté l’humoriste.

Rappelons que dans un communiqué, la DGSN a indiqué que le service préfectoral de la police judiciaire de Casablanca a diligenté, samedi, une enquête judiciaire sous la supervision du parquet compétent, au sujet des accusations attribuées à un policier exerçant à la préfecture de police de Casablanca, “suite à la publication d’une vidéo sur Facebook, montrant un individu prétendant être victime d’une agression physique et verbale de la part du policier précité”.

Le département d’Abdellatif Hammouchi a déclaré avoir interagi rapidement et avec sérieux avec le contenu de cette vidéo live, dans laquelle la victime prétend qu’un policier au district de Sidi Bernoussi l’a insulté et l’agressé physiquement lors de son arrestation près du pont de Tit Mellil à Casablanca.

“La vidéo a également montré des accrochages entre les deux parties après la tentative du diffuseur de la vidéo de filmer le visage du policier”, a précisé la DGSN.

“En plus de l’enquête judiciaire menée sous la supervision des autorités judiciaires compétentes, l’inspection générale de la sûreté nationale a lancé une enquête administrative parallèle pour déterminer les dépassements professionnels attribués au policier, ainsi que les responsabilités et les mesures disciplinaires à la lumière des résultats des investigations”, a conclu la même source.

N.M.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Maroc-Gabon: les Lions déçoivent encore (VIDEOS)

Le Maroc s'est incliné (2-3) face au Gabon lors d’un match amical disputé ce mardi soir au Grand stade de Tanger