Alcool: les Marocains boivent plus

“Il est interdit à tout exploitant d’un établissement soumis à licence de vendre ou d’offrir gratuitement des boissons alcooliques ou alcoolisés à des Marocains musulmans”.

C’est ce que stipule l’article 28 de l’arrêté du directeur du Cabinet royal du 17 juillet 1967, publié au Bulletin officiel n°2856. A part “offrir gratuitement”, la réalité est tout autre car ceux qui achètent et consomment des boissons alcoolisées au Maroc (bières, vins et autres liqueurs) ne sont autres que des Marocains musulmans. Une lapalissade énorme et dont aucun tamis ne peut cacher le (chaud) soleil!

Le quotidien Assabah revient sur le sujet et révèle (ou plutôt rappelle) que la consommation des Marocains, pendant ces trois dernières années, a été de 330 millions de litres de bières, à raison de 103 millions annuellement. Ce qui fait plus de 3 litres consommés par individu, chaque année que Dieu fait.

De même, ajoute la même source, 38 millions de bouteilles de différents vins ont été consommées, pendant la même période, ainsi que 14 millions de bouteilles de liqueurs diverses.

De bien entendu, ces quantités de boissons alcoolisées ne sauraient avoir été bues que par des ressortissants étrangers non-musulmans, résidant au Maroc ou de passage. Et ce, puisque les statistiques officielles du dernier recensement ne font état que de moins de 80000 résidents étrangers, précise le journal.

Et d’ironiser en supposant que si la loi avait été strictement appliquée et que si les boissons alcoolisées n’étaient pas vendues aux Marocains musulmans, cela voudrait dire que chaque résident étranger consommerait 3 litres par jour, tout Le long de l’année. Cela voudrait aussi dire que tous les étrangers vivant au Maroc sont des ivrognes invétérés, des adeptes de Bacchus et de la dive bouteille.

Alors que la réalité est tout autre, la consommation de boissons alcoolisées des ressortissants étrangers reste dérisoire en comparaison avec les quantités consommées par les Marocains. Sans oublier que si la loi était véritablement appliquée, cela priverait les caisses de l’Etat d’importantes recettes fiscales que l’alcool génère.

Une loi interdit donc la vente d’alcool aux Marocains musulmans, tandis qu’une autre a permis à l’Etat d’engranger 150 milliards de centimes de recettes fiscales, au cours de cette année. Ce qui fait 6 milliards de plus par rapport à l’année écoulée. Quant à la consommation de boissons alcoolisées des Marocains, elle a augmenté de 7% par rapport celle de l’année dernière. Et ce sont surtout les bières qui ont vu leur consommation augmenter de 5%, alors que celle des vins et autres liqueurs est en hausse de 2%.

Y a-t-il plus grand déphasage, plus grande distorsion, plus grande contradiction et,surtout, plus grande hypocrisie que ceux-là, s’agissant de l’interdiction faite aux Marocains musulmans, d’un côté, et les ventes de boissons alcoolisées au Maroc, d’un autre côté?

Larbi Alaoui

Articles similaires

Suggestions d’articles

Le roi Mohammed VI a écrit au président du Chili

Le Souverain saisit cette occasion pour exprimer sa profonde satisfaction des relations d'amitié solides unissant le Royaume du Maroc et la République du Chili