Al Hoceima: les Rifains demandent au gouvernement des excuses publiques

La rencontre qui a réuni lundi la délégation gouvernementale, les élus et les représentants de la société civile d’Al Hoceima a été l’occasion de mettre à plat toutes les questions encore en suspens. Mais elle a aussi servi de tribune à plusieurs intervenants qui se sont librement exprimés, allant jusqu’à revendiquer des excuses publiques de la part du gouvernement et des partis de la majorité. Ceux-ci avaient en effet accusé les manifestants de séparatisme et de complicité avec des milieux à l’étranger.

Une autre question a également été longuement débattue. C’est celle d’un ancien dahir sur la classification de la région d’Al Hoceima en tant que zone militaire.

Sur cette question précise, Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, a tenu à lever toutes les ambiguïtés face aux demandes de suppression de ce dahir. Il a ainsi tenu à rappeler que cette zone a été effectivement soumise aux dispositions de ce dahir lors des événements exceptionnels de 1958, ceux des émeutes des populations du Rif. Ce dahir donnait alors les pleins pouvoirs à l’armée afin que l’ordre public soit sauvegardé.

Cependant, ce dahir a été abrogé dès 1959, a poursuivi le ministre, et il a été remplacé par un autre dahir qui définissait le cadre territorial des 16 régions et provinces de l’époque. C’est d’ailleurs ce que stipule l’article 9 de ce dahir. « Je ne me lasserai pas d’expliquer ces dispositions jusqu’à ce que tout le monde soit convaincu qu’aucune militarisation de la région n’est instituée et que les libertés individuelles et collectives sont garanties et exercées comme partout au Maroc », a ainsi conclu le ministre de l’Intérieur.

T.J.


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page