Al Aoula: un sketch de “StandUp” fait polémique (VIDEO)

Par Larbi Alaoui

“Kahlouch” est le pseudo que s’est choisi le jeune comique Abdellah Barkaoui, dont la dernière prestation sur “StandUp”, émission diffusée sur Al Aoula, a fait rire certains téléspectateurs et internautes et a fait grincer des dents bien d’autres. Ces derniers reprochent au sketch ses relents racistes concernant les Subsahariens, qui ont choisi le Maroc comme pays d’accueil. Il est à noter tout d’abord que “Kahlouch” signifie “Noir” en darija.

Le sketch consiste-t-il une sonnette d’alarme contre un racisme que l’hospitalité légendaire marocaine ne saurait cacher? D’aucuns n’y vont pas en besogne et soutiennent mordicus que les Marocains sont en majorité racistes. Non seulement à l’encontre des Subsahariens que l’on appelle faussement “Africains” mais aussi entre eux, selon la couleur de la peau ou la région d’origine. Réponse du berger à la bergère, des Subsahariens, surtout certains étudiants francophones, utilisent un calembour consistant à appeler les autochtones “les non-Africains” au lieu de “Nord-Africains”!

Mais revenons à Kahlouch et à son sketch polémique! Sur les réseaux sociaux, surtout sur Facebook et Twitter; les internautes ne sont tendres ni avec le jeune comédien, ni avec le trio composant le jury de l’émission: les comédiens Latefa Ahrare, Noura Sqalli et Mohamed Khiyari. On leur reproche d’avoir chaleureusement salué la prestation, d’avoir relevé avec enthousiasme que le jeune comédien est parvenu à faire voyager les téléspectateurs, en 8 minutes chrono, à travers les différentes villes marocaines, les différents accents du terroir et les diverses chansons folkloriques marocaines. Et on leur reproche surtout, à tort ou à raison, d’avoir occulté, tous les trois, sciemment ou pas, le côté jugé négatif du sketch: le racisme anti-subsaharien que les internautes y ont décelé et vigoureusement condamné sur la Toile…

Alors racisme ou pas dans ce désormais fameux sketch? Comme chacun voit midi (GMT ou GMT+1!) à sa porte, chacun aura sa propre opinion là-dessus. Même si l’on devine que certains opteront pour la première option en ayant comme premier argument; “Imart addar 3la bab addar” (littéralement, on devine comment est la maison d’après sa porte). Pourquoi évoquer cet adage du cru? Pardi, parce que déjà le pseudo du jeune artiste se termine par…”louche”!

L.A.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Mustapha Hadji réagit aux propos de Badou Zaki

Après avoir été traité de "vipère" par l'ex-sélectionneur national, Badou Zaki, Mustapha Hadji est sorti de son silence pour se défendre.