Al Amoudi arrêté en Arabie Saoudite: une bonne chose pour la Samir?

Le « séisme » saoudien a emporté plusieurs hautes personnalités du Royaume wahhabite, samedi 4 novembre. Ceci, dans le cadre de l’enquête anti-corruption dont Mohamed Salmane, Prince hériter de l’Arabie Saoudite, est le principal instigateur.
Parmi les noms des personnalités du Royaume interpellées, figure celui de Cheikh Al Amoudi, rapporte l’agence Reuters. A rappeler que l’homme d’affaires saoudien était l’actionnaire majoritaire de la raffinerie de Mohammédia, la SAMIR (Société anonyme marocaine de l’industrie de raffinage), objet de liquidation judiciaire.
En sus de Cheikh Al Amoudi, la liste comporte onze princes, plusieurs ministres, aussi bien anciens qu’actuels, nombreux hommes d’affaires, ainsi que de hauts cadres du Royaume saoudien.

La question que tout le monde se pose est la suivante: le Maroc va-t-il saisir cette opportunité afin de trouver une solution aux dettes de la SAMIR? À en croire le quotidien Akhbar Al Yaoum, Cheikh Al Amoudi doit environ treize milliards de dirhams d’impôts au Royaume, ainsi que dix milliards aux banques marocaines. Le Maroc qui avait porté plainte contre l’actionnaire de la SAMIR pourrait saisir cette occasion. Me Abderrahim Jamai n’a pas exclu cette possibilité, tout en indiquant qu’il faudra tenir compte des accords judiciaires entre les deux pays.

L.A.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page