Agadir: la justice a tranché dans l’affaire du «médecin des pauvres»

La Cour d’appel d’Agadir a condamné Mehdi Chafai, surnommé «le médecin des pauvres» à verser 20.000 dirhams au directeur de l’hôpital Hassan 1er, à Tiznit, et une amende de 10.000 dirhams.

Après la décision de la justice, «le médecin des pauvres» est sorti de son silence et a annoncé qu’il ne sera plus jamais médecin. Dans une déclaration à Le Site info, il a confié qu’il n’avait “plus envie” d’être médecin après les accusations qui lui ont été adressées et les déboires qu’il a vécus, précisant qu’il a présenté sa démission au ministère de la Santé.

L’affaire remonte à juillet 2018. Mehdi Chafai était poursuivi par le directeur de l’hôpital pour “injures et diffamations” après la diffusion d’une vidéo sur Facebook dans laquelle il pointait du doigt son supérieur et assurait qu’il ne pouvait plus travailler dans des conditions pareilles. Il a été condamné, début août, par le tribunal de première instance de Tiznit à une amende de 30.000 dirhams. Ces problèmes ont lourdement affecté sa famille et sa santé, selon ses propos.

Rappelons que ce chirurgien pédiatre avait marqué les esprits grâce à son engagement professionnel et à son professionnalisme qui lui a permis de sauver plusieurs enfants malgré le manque de moyens. Dès que les problèmes ont éclaté, la plupart des habitants de Tiznit lui ont affiché leur soutien et l’ont défendu contre toutes les accusations qui lui ont été adressées, dont la corruption.

K.Z.

Articles similaires

Suggestions d’articles

La famille royale célèbre un bel événement lundi prochain

Chaque année, le 26 août est une date importante qui marque le combat sans relâche mené par la princesse en faveur de la préservation des droits des femmes et la préservation de l’intégrité physique, morale et spirituelle des enfants en situation difficile.