Affaire Saïd Mansour: ce que Copenhague a négocié avec Rabat

C’est une visite à Rabat de responsables danois ainsi que des apartés, la semaine dernière, qui auraient scellé le sort de Saïd Mansour, un extrémiste marocain expulsé et déchu de la nationalité danoise pour apologie du terrorisme. Il est arrivé en fin de semaine à Casablanca à bord d’un avion de la Turkish Airlines, et a été remis aux autorités policières marocaines par leurs homologues danoises qui accompagnaient le mis en cause.

Déchoir de la nationalité danoise n’est vraiment pas une première puisque c’est effectif sur le papier depuis 2002 en ce pays scandinave. Le fait de déchoir et d’expulser un binational vers sa terre d’origine par contre l’est. La Cour suprême du Danemark, en 2016 l’avait condamné à la déchéance de nationalité et à l’expulsion à vie du territoire. Il est le premier à subir ce châtiment.

Mais avant d’en arriver à la seconde condamnation, a expliqué la ministre danoise de l’Immigration et de l’Intégration, Inger Stojberg, il a fallu négocier avec le Maroc des conditions de détention de Mansour. Copenhague s’est assuré auparavant auprès de Rabat des garanties sur sa sécurité en prison. Il y aurait eu un répondant positif quant au respect des droits de l’homme et des obligations à cet égard selon la ministre.

Saïd Mansour est âgé de 58 ans et père de cinq enfants. Il est arrivé au Danemark en 1984, il vivait depuis plus de vingt ans d’aide sociale.

M.J.K.

 


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page