Affaire Médiouri: les autorités s’activent à Marrakech

L’agression sauvage dont a été victime le chauffeur de Mohamed Médiouri n’a pas encore livré ses secrets. Et les mis en cause, au nombre de cinq ou de sept, selon les témoins oculaires, sont encore en fuite, après s’être emparés de la Range Rover, modèle 2018, de l’ancien garde du corps personnel de Feu le roi Hassan II.

Mais les autorités ne baissent aucunement les bras à la recherche et l’identification des agresseurs du chauffeur devant la mosquée Anouar, sise avenue Alla Fassi de la ville ocre, selon le quotidien Al Massae.

Les services sécuritaires sont sur la brèche afin que les agresseurs ne passent pas entre les mailles du filet tissé pour leur mettre la main dessus. En étroite collaboration avec la Gendarmerie royale et des services de renseignement, il a été procédé à la mise de place de barrages à toutes lesvoies de sortie du réseau routier de la ville vers, aussi bien Casablanca, Essaouira que Safi et Agadir.

Une surveillance accrue est ainsi appliquée à toutes sortes de véhicules suspects, quittant Marrakech vers l’une des destinations précitées, souligne la même source. De même que les autorités chargées de l’enquête sont en possession de plusieurs données concernant les assaillants, recueillies auprès de témoins oculaires de l’agression du chauffeur de l’ex-chef du DPR (Département de protection royale) du  souverain défunt. Données et description  fournies également par les caméras de vidéosurveillance installées sur l’avenue Allal Fassi.

Les éléments des service sécuritaires, chargés de l’enquête, ont pu alors entendre le témoignage du gardien d’un parking limitrophe des lieux où  l’agression s’était produite, ainsi que celui d’un commerçant de la place. Celui-ci  était courageusement intervenu  pour prêter main forte au chauffeur agressé et le sauver des mains de la bande.

A signaler que les autorités ont déjà pu établir une liste de présumés coupables, d’après les témoignages et les enregistrements vidéo, et ont diligenté des investigations concernant les individus suspectés d’avoir perpétré cette agression. Ces derniers courent toujours et sont encore terrés, sans doute,  quelque part, à l’heure où nous mettions en ligne.

A moins qu’ils n’aient réussi à quitter la ville après avoir commis leur forfait que Médiouri n’avait pas hésité à qualifier de  « tentative d’assassinat ». En tout cas, l’alerte des autorités compétentes ne faiblit pas en vue de mettre la main sur les mis en cause.

La même source  rappelle, selon les témoins oculaires, que c’était au moment où Mohamed Médiouri était entré à la mosquée Anouar, pour y accomplir la prière solennelle du vendredi, que l’agression avait eu lieu. Attaqué, agressé et roué de coups , le chauffeur s’étati vu aussi délester des clés de contact du 4X4 de l’ex- garde du corps personnel du regretté Hassan II

Les mêmes témoins ont assuré que le chauffeur ne s’était pas laissé faire et s’était vaillamment défendu. Il s’était même accroché à la vitre de la voiture et avait été entrainé pendant quelque huit mètres avant de lâcher prise, baignant dans son sang. Pendant ce temps, la Range Rover avait pris la direction d’Amerchich, avec à son bord les agresseurs, dont certains portaient des armes à feu, précise le journal, selon les témoignages recueillis.

Larbi Alaoui


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page