Affaire “Hamza mon bb”: Aïcha Ayach incarcérée à la prison de l’Oudaya

Le juge d’instruction près le tribunal de première instance de Marrakech a ordonné, ce vendredi, la mise en détention préventive à la prison de l’Oudaya de la styliste marocaine Aïcha Ayach pour son implication dans l’affaire “Hamza mon bb”.

Selon une source de Le Site Info, la mise en cause est poursuivie pour “participation à l’accès frauduleux au système de traitement informatique des données et diffusion d’images et de déclarations d’autrui sans son consentement, dans le but de nuire ou de diffamer”.

Rappelons qu’Aïcha Ayach a été entendue par la brigade de la police judiciaire de Casablanca, avant d’être déférée ce vendredi devant le parquet du tribunal de première instance de Marrakech.

La styliste, extradée des Emirats Arabes Unis vers le Maroc, a débarqué, mardi 25 février, à l’aéroport Mohammed V de Casablanca. Soupçonnée d’être le cerveau de cette affaire de chantage, d’extorsion et de diffamation contre des “people”, Aïcha Ayach a été confrontée, le même jour, à l’une des plaignantes, la styliste et propriétaire d’un magasin de prêt-à-porter à Marrakech, Siham Badda, alias “Sultana”. Elle a également eu une confrontation avec Dounia et Ibtissam Batma.

Ces dernières sont poursuivies également pour “participation à l’accès frauduleux au système de traitement informatique des données et diffusion d’images et de déclarations d’autrui sans son consentement, dans le but de nuire ou de diffamer”. Le juge d’instruction leur a accordé la liberté provisoire après le dépôt d’une caution qui a finalement été revue à la hausse. Leurs passeports ont également été confisqués et il leur est interdit de quitter le territoire national.

M.S.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Affaire “Hamza monbb”: Aicha Ayach devant le tribunal

La styliste marocaine, qui résidente aux Emirats, est poursuivie en état de détention pour “participation à l’accès frauduleux au système de traitement informatique des données et diffusion d’images et de déclarations d’autrui sans son consentement, dans le but de nuire ou de diffamer”.