Affaire du Go-fast: une source militaire donne sa version des faits

L’incident qui s’est produit le 25 septembre 2018 au large de la Méditerranée et qui a coûté la vie à une jeune marocaine lorsqu’un Garde-côte de la Marine Royale a tenté d’arrêter un « Go-fast » suspect, a suscité un grand nombre de réactions sur les réseaux sociaux.

Des sources militaires bien informées ont apporté les précisions suivantes à Le Site info: « Deux Garde-côtes de la Marine Royale ont intercepté au large de Fnideq un « Go-fast » non identifié recouvert d’une bâche, en provenance du préside de Sebta. A l’approche d’un des Garde-Côtes, le « Go-fast » a accéléré pour prendre la fuite », indique notre source.

« Une course poursuite a alors été engagée pour l’arrêter. Le « Go-fast » suspect a adopté une attitude hostile en recourant à des manœuvres dangereuses qui allaient provoquer une collision évitée de justesse par le Garde-côte de la Marine Royale », affirme notre interlocuteur. Et de poursuivre: « celui-ci a été astreint de procéder à des tirs de sommation. Les manœuvres du « Go-fast » pour essayer d’échapper au contrôle du Garde-côtes de la Marine Royale, a placé celui-ci dans le champ de tir du Garde-côte marocain, ce qui a provoqué la blessure de quelques occupants du « Go-fast » qui s’est révélé par la suite transportant des candidats à l’émigration clandestine dissimulés sous la bâche ».

S.L.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Maroc: 362 audiences à distance tenues en 5 jours

Un total de 362 audiences à distance ont été tenues dans les différents tribunaux du Royaume du 6 au 10 juillet, au cours desquelles 6.460 affaires ont été mises au rôle.