Affaire du café La Crème: de nouveaux éléments troublants

La fusillade du café La crème, au quartier L’hivernage de Marrakech, en février dernier, livre peu à peu ses sombres secrets. A rappeler qu’elle avait fait trois victimes, un jeune médecin tué sur le coup et deux autres personnes blessées.

Les investigations diligentées par les services aussi bien sécuritaires que judiciaires révèlent chaque jour de nouveaux éléments explicitant les tenants et aboutissants de cette affaire de règlements de comptes sanglants entre mafieux.

Et c’est le quotidien Al Massae de ce mercredi 30 mai qui apporte de nouveaux éléments sur l’affaire. Le déclenchement de celle-ci remonte à 2012 quand un “parrain” a été assassiné à Amsterdam après que l’un de ces hommes, surnommé “Mous”, avait pu s’emparer d’une cargaison de drogues dures. Le butin de l’opération, menée avec trois membres de sa famille, avait été de 200 kilogrammes de cocaïne pure!

Le “Mous” en question avait investi les gains de cette opération en biens immobiliers et en cafés, à Marrakech, dont celui de La crème. Ce qui a fait de lui et de ses proches l’objet d’une liquidation physique commanditée par la mafia.

Et c’est là qu’entre en scène “malak al maout”(l’ange de la mort), sobriquet d’un baron de la drogue, s’étant chargé de recruter les deux tueurs à gage néerlandais qui, malgré leur “professionnalisme”, se sont trompés de cible. La police néerlandaise, ajoute le journal, avait émis un avis de recherche concernant le principal commanditaire, ainsi que son ami “S.R.”, en promettant une récompense de 25 000 euros pour quiconque fournirait des renseignements sur eux permettant de les interpeller.

D’un autre côté, les deux tueurs incarcérés ont révélé l’existence d’un autre baron de la drogue d’origine marocaine, installé aux Pays-Bas (entre Rotterdam et Ultrecht), et pratiquent ses activités criminelles surtout dans la ville de Zoetermeer où il possède un night club, qui était également en conflit avec “Mous”. Et c’est justement ledit conflit qui a poussé “malak al maout” à offrir la somme de 10 millions d’euros pour la liquidation physique de “Mous”. Mis au parfum, ce dernier avait renoncé à se rendre aux Pays-Bas. Alors, il avait été décidé de le liquider au Maroc.

Et c’est le frère cadet de “l’ange” de la mort” qui avait été chargé de se rendre à Marrakech afin de préparer le terrain pour l’exécution du “contrat”, avec la complicité d’un autre membre du réseau mafieux, A.B. se faisant appeler tantôt “Ilias”, tantôt “Hakim”. Le reste est connu, hélas, les deux tueurs à gage, malgré le fait qu’ils aient eu la photo de la personne à abattre, se sont lourdement trompé de cible. Et leur fusillade au café La crème a eu pour terrible conséquence la mort d’un jeune médecin qui avait eu la malchance fatale de se trouver au mauvais endroit, au mauvais moment.

Larbi Alaoui

Articles similaires

Suggestions d’articles

Covid-19 dans la région de Marrakech: le point sur la situation

Un nouveau bilan de la Direction Régionale de la Santé (DRS) relève que tous ces nouveaux cas de guérison ont été enregistrés dans la préfecture de Marrakech.