Affaire des vaccins: l’Institut Pasteur sort (enfin) de son silence

Plusieurs médias nationaux avaient fait état, mercredi soir, de ces vaccins destinés aux citoyens désirant accomplir la Omra aux Lieux saints de l’islam. Et ils n’avaient pas manqué d’alerter sur la date limite de conservation (DLC) desdits vaccins qui, aujourd’hui, expirait dans les dix prochains jours.

Face à ces constations, les responsables de l’Institut Pasteur de Casablanca avaient répondu par… un silence radio surprenant. Aux abonnés absents, ils semblaient ou bien pris de cours, voire vouloir garder leur réponse aux calendes grecques.

Cependant, selon des sources de Le Site info, le ministère de la Santé ne l’entendait pas de cette oreille et avait dépêché une commission enquêter sur place sur cette affaire de vaccins dont la date de péremption semblait imminente. Cette initiative était le fait de plaintes de cadres de l’Institut Pasteur, adressées au ministre de tutelle, Anas Doukkali du Parti du Progrès et du Socialisme, et pointant cette anomalie.

Pourtant,ce n’est qu’aujourd’hui que l’Institut Pasteur s’est finalement exprimé. Et c’est par la voix de sa directrice, au JT de la chaîne 2M. En effet, le Dr Naima El Mdaghri s’est inscrite en faux contre la péremption des vaccins administrés aux citoyens. « Ce vaccin, comme tous les médicaments, conserve ses qualités et efficacité jusqu’au dernier jour de validité. Tous les Marocains qui seront vaccinés peuvent donc être rassurés il n’y a aucun danger! », a-t-elle affirmé.

Et la directrice d’ajouter que si la commission qui s’était rendue sur place, vendredi, avait découvert le moindre problème, « vous pensez bien que le ministère de la Santé aurait fait fermer l’Institut et le centre de vaccination ».

Donc, plus de peur que de mal! Les citoyens feront donc leur Omra l’esprit tranquille quant à la DLC des vaccins. Tout est alors bien qui finit bien! Mais n’aurait-on pas dû et pu épargner aux concernés et à leurs proches cette inutile inquiétude, des chocottes inutiles et des sueurs froides si l’Institut Pasteur avait pris la peine de communiquer, dès le début de l’alerte, et ne pas attendre jusqu’à ce soir au JT de la chaîne de Ain Sebaâ?

Larbi Alaoui

Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page