Affaire de Fatiha, immolée par le feu: les sanctions tombent

L’affaire de Fatiha, la marchande ambulante qui s’est immolée par le feu à Kénitra le 9 avril, dans un acte de désespoir pour protester contre le comportement d’éléments des forces auxiliaires, connaît de nouveaux rebondissements.

Citant des sources bien informées, le quotidien Al Massae rapporte que le ministère de l’Intérieur a supervisé l’enquête approfondie entamée par la commission d’inspection centrale dans l’affaire du décès de cette marchande ambulante.

Le caïd du sixième arrondissement, ainsi que des agents d’autorité, ont été entendus et interrogés par la commission pour « non-assistance à personne en danger ». Les témoins de l’horrible tragédie qui les avaient mis en cause ont également été entendus.

Lire aussi: Le temps zéro 

Le quotidien ajoute que c’est le ministre en personne, Mohamed Hassad, qui a dépêché cette commission d’enquête. Elle s’est longuement réunie avec Fouad M’Hamdi, gouverneur de la province de Kénitra pour prendre connaissance de tous les détails entourant le drame.

Les sanctions n’ont pas tardé. Selon Al Massae, le ministère a déjà pris des mesures disciplinaires en attendant la fin de l’enquête. Ainsi, et dans le cadre de la détention préventive, un certain nombre d’éléments des forces auxiliaires ont été arrêtés et incarcérés.

Quant au caïd, Al Massae affirme qu’il a été vu au tribunal lundi matin pour rencontrer le procureur général du roi. De son côté, le parquet général de la cour de cassation de la ville a ouvert une enquête.

Lire aussi: Quand les habitants de quartiers font la loi à Casa


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page