Affaire Bouachrine: elle reconnaît avoir fait l’amour de son plein gré (VIDEO)

Le procès de Taoufik Bouachrine ne cesse de connaître des rebondissements à chaque séance d’audition! Surtout après le visionnage des vidéos à caractère sexuels, après les prières de tarawih, par respect dû à la sacralité du mois sacré de Ramadan.

Ces vidéos sont différemment interprétées et appréhendées selon l’une ou l’autre des parties adverses.
Ainsi, pour la défense, Me Mohamed Ziane en tête, il ne s’agirait que d’un complot, d’une machination ourdie à l’encontre du directeur de publication et éditorialiste du quotidien Akhbar Al Yaoum. L’homme que l’on voit dans ces vidéos sombres ne serait pas Bouachrine, dont il n’a pas la corpulence, ni… les parties charnues, alors que les femmes sont bel et bien reconnaissables et comptent parmi les plaignantes et les déclarantes.
En revanche, pour le tribunal, les enregistrements compromettent bien Taoufik Bouachrine protagoniste masculin des ébats sexuels que les vidéos donnent à voir.

Et le coup de théâtre du jour, confortant cette dernière version, est venu de l’une des déclarantes. Selon un avocat, celle-ci a assuré qu’il s’agit bien d’elle dans une vidéo de trente minutes. Elle affirme également que le bureau et le canapé sont bien ceux de Bouachrine, que l’homme est bien le directeur de publication, de même qu’elle dit que c’est sa voix que l’on entend.
Et la déclarante d’avouer aussi qu’elle a eu des relations sexuelles, à deux ou trois reprises, avec Bouachrine. Elle a insisté sur le fait que c’était de son plein gré et que, étant divorcée, elle espérait que Bouchrine, qui lui racontait ses déboires conjugaux, allait l’épouser.
Tout en assurant que son patron est un homme de grand coeur, qu’il l’avait à maintes fois aidée et qu’elle n’avait pas de problèmes particuliers avec lui, elle lui reproche toutefois de l’avoir filmée à son insu. Et elle a conclu en exprimant remords et de regrets de s’être embarquée dans cette histoire de relations sexuelles illégitimes.
L.A.

 

Articles similaires

Suggestions d’articles

Casablanca: les habitants de l’ancienne médina en colère (VIDEO)

Les habitants de l’ancienne médina de Casablanca, ceux du quartier Lafrina en particulier, sont en colère. Et pour cause, la mosquée Madani a été fermée après l’effondrement d’une partie du toit des toilettes.