Affaire Abou Naïm: le verdict est tombé

Le Tribunal de première instance de Casablanca a condamné, ce vendredi 3 avril, le prédicateur salafiste Abou Naïm à une peine d’un an de prison ferme assortie d’une amende de 2000 DH.

Le 20 mars dernier, le procureur du roi près le tribunal de première instance de Aïn Sbaâ avait décidé de poursuivre Abou Naïm en état d’arrestation pour “incitation à la haine et menaces de commettre des actes susceptibles d’atteindre gravement à l’ordre public”.

Rappelons que le prédicateur était apparu dans une vidéo relayée sur les réseaux sociaux dans laquelle il avait fortement critiqué la décision de l’Etat marocain de fermer les mosquées afin de limiter la propagation du coronavirus. Pour Abou Naïm, tout pays qui ferme les mosquées et interdit les prières est un “pays apostat”. Des propos qui lui ont donc valu une peine d’emprisonnement.

M.S.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Affaire Abou Naim: ce qu’a décidé la justice

Abou Naim est apparu sur une vidéo relayée sur les réseaux sociaux et les plateformes de messagerie instantanée dans laquelle il tient des propos comportant une incitation à la haine et à la violence ainsi que des éléments fondateurs à des actes criminels menaçant gravement l’ordre public